Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

III.1.1. - Biocénose euryhaline et eurytherme

Typologie des biocénoses benthiques méditerranéennes de la Convention de Barcelone

Description

Habitat présent dans les étangs littoraux salés mais aussi dans certaines zones marines estuariennes où l’eau est irrégulièrement dessalée et où la température est variable. Ces variations évoluent dans des intervalles de temps allant de la journée à l’année et, bien entendu, à plus long terme.
Les organismes vivant dans cet habitat sont soumis à de fortes variations de salinité et de température, parfois franchement erratiques. Le sédiment est généralement de type vaseux ou sablo-vaseux.
Les variations présentées par la Biocénose sont liées aux conditions climatiques, principalement de très grands écarts saisonniers de température et de salinité, avec en été des eaux particulièrement chaudes et salées et en hiver des températures très basses et parfois des eaux très dessalées, et aussi à l’action anthropique à laquelle sont soumis la plupart des milieux lagunaires. En été, lorsqu’il y a un fort déficit de vent et donc de brassage des eaux, on peut assister dans certaines zones enrichies à la prolifération d’algues vertes filamenteuses (Cladophora spp., Enteromorpha spp.) ou foliacées (Ulva spp., Monostroma spp.) avec prolifération de bactéries et phénomène d’anoxie (malaïgue) provoquant de fortes mortalités des espèces benthiques et pélagiques dans ces zones.
Cet habitat présente une grande diversité spatiale des conditions de milieu, avec plusieurs aspects ou faciès le plus souvent liés à une espèce d’épiflore ou d’épifaune, dont certains peuvent être temporaires.

Le terme de lagune recouvre ainsi des situations très diverses liées à la variabilité des apports d’eau salée et d’eau douce, tant sur les côtes des mers à marée qu’en Méditerranée. Certaines lagunes sont naturelles, occupent des dépressions littorales, alimentées périodiquement par la mer, les autres sont des anciens marais aménagés par l’homme, ceci depuis fort longtemps (marais salants, réservoirs à poissons euryhalins, bassins d’aquaculture...). Face à l’hétérogénéité de ces conditions physiques, il existe une grande variabilité des ensembles faunistiques, qui sont caractérisés par une faible richesse spécifique et de vastes populations d’espèces dominantes, se renouvelant rapidement et largement utilisés par les maillons supérieurs de l’écosystème.
Dans tous les cas, les peuplements résidents ne peuvent rassembler qu’un faible nombre d’espèces fortement dominantes numériquement et pondéralement. Ce sont des espèces capables de supporter de brutales variations des conditions environnementales parmi lesquelles la salinité n’est qu’un exemple. Les intrusions brutales d’eau salée, les assèchements estivaux créent des perturbations périodiques provoquant parfois la disparition des peuplements. Dans ce cas, la recolonisation sera toujours très rapide.

Etage

Infralittoral

Substrat

Vase, Sable vaseux et Sable

Répartition bathymétrique

0 à quelques mètres

Situation

Milieu plus ou moins fermé, souvent séparé de la mer ouverte

Hydrodynamisme

Faible à moyen

Salinité

Variant de l'eau saumâtre à faible salinité à l'hypersalinité

Température

Variable

Principaux critères de reconnaissance

Etendues de sables fins, sables vaseux et vases dans des zones relativement fermées jusqu'à quelques mètres de profondeur.

Espèces caractéristiques/indicatrices

Phanérogames marines : Ruppia cirrhosa, R. maritima, Potamogetum pectinatus, Zostera marina, Z. noltii ;
Annélides polychètes : Hedistes diversicolor, Neanthes succinea ;
Mollusques bivalves : Cerastoderma glaucum, Cardium lamarcki, Abra ovata, Scrobicularia plana, Loripes lacteus, Gastrana fragilis, Tapes spp., Ostrea edulis ; gastéropodes : Rissoa spp., Nassarius (= Nassa) reticulata, Cyclope (=Cyclonassa) neritea ;
Crustacés amphipodes : Gammarus locusta, Microdeutopus sp., isopodes : Sphaeroma hookeri, Cyathura carinata, Idotea viridis, décapode : Carcinus mediterraneus.

Habitats associés ou en contact

Contact avec les sables vaseux et vases lagunaires et estuariennes (II.1.1) dans l'évolution vers le milieu marin.

Confusions possibles

Les sables vaseux de mode calme (III.2.3 ) peuvent parfois être confondus avec les sables vaseux et vases lagunaires et estuariennes (II.1.1) et avec la biocénose lagunaire euryhaline et eurytherme (III.1.1), mais dans le premier cas, l'habitat est soumis à des conditions de salinité plus régulières et dans le second, la situation topographique rend la confusion difficile puisqu'il s'agit d'un autre étage.

Intérêt pour la conservation

Milieu nourricier pour les oiseaux autochtones et aussi pour les oiseaux migrateurs en stationnement. Pour les Poissons, ce sont des zones de nourrisserie avec colonisation saisonnière d'alevins et de juvéniles, en dehors des populations résidentes. Pour les oiseaux, ce sont des sites exceptionnels, des étapes dans la migration ou des zones de nidification et de nourrissage.
La haute productivité de certains de ces milieux favorise l'épanouissement d'espèces commercialisables et de ce fait largement pêchées (mollusques et poissons). Milieux très favorables à la conchyliculture.

Tendances et menaces

Disparition de l'habitat par remblaiement des surfaces.
Accumulation des détritus et des polluants (agricoles, urbains et industriels) à cause du mauvais niveau de renouvellement des eaux et de la forte sédimentation. La situation peut être aggravée par un non entretien des graus.
Intensification de la conchyliculture dans certaines zones sensibles entraînant un risque accru d'eutrophisation. Mais on observe une tendance actuelle à une régression de l'eutrophisation dans les étangs méditerranéens grâce à une meilleure épuration des effluents.
Une nouvelle menace est apparue quand ces milieux confinés que sont les étangs sont utilisés par la maréculture. Elle concerne l'introduction volontaire ou accidentelle d'espèces exotiques dont la prolifération peut transformer le milieu, faire baisser la biodiversité par occupation des niches écologiques et exclure des espèces autochtones.
Accroissement de l'urbanisation et utilisation des étangs comme bases de loisirs pour les sports nautiques, qui accentue la pression anthropique, sous forme de rejets d'eaux usées et d'aménagements divers.

Les lagunes, des milieux naturellement eutrophes, souffrent de plus en plus de crises dystrophiques. Celles-ci peuvent concerner les premiers maillons de la chaîne pélagique (efflorescences toxiques) mais aussi le développement de macrophytes (algues vertes). Les crises d'anoxie entraînent alors la mortalité du benthos et des jeunes poissons, base de la nutrition de prédateurs comme les oiseaux.

Gestion et statut de conservation

Comme toutes les zones humides, les lagunes sont soumises à une forte pression anthropique, aquacole, agricole, touristique, urbaine....
Parallèlement, les lagunes autrefois aménagées et endiguées souffrent maintenant d'un abandon progressif des travaux d'entretien avec modification des dessertes hydrauliques. Selon les types de gestion et leur degré d'intervention, on assiste à des scénarios différents de successions écologiques, avec le plus souvent développement de plantes du schorre ou de végétation palustre. La fonctionnalité de ces lagunes est donc fonction de l'état d'entretien des dessertes hydrauliques, voire de leur maintien.
Beaucoup des sites lagunaires sont aménagés en claires (engraissement et verdissement des huîtres) et en bassin d'aquaculture (Mollusques, Crustacés Penéidés, Poissons...). D'autres sont devenus des réserves ornithologiques. Pour l'ensemble de ces activités, parfois contradictoires, on recherchera une meilleure complémentarité entre elles, au cas par cas.
Les zones en question doivent faire l'objet d'une gestion de type conservatoire avec refus de tout aménagement comportant des remblais. D'éventuelles modifications de type hydraulique ne pourront se réaliser que dans le but de mieux brasser les zones sensibles à l'eutrophisation.
Les zones conchylicoles doivent s'éloigner au plus des secteurs sensibles qui doivent eux-mêmes recevoir moins d'effluents (ceux-ci seront rejetés dans des secteurs où l'eau est mieux brassée).
La surveillance de la qualité des eaux et en particulier de sa qualité physico-chimique (polluants et sédiments) est à préconiser dans ces zones de forte sédimentation et à risque d'eutrophisation.
La surveillance des débits des cours d'eau alimentant les étangs est indispensable afin d'assurer le renouvellement des eaux et l'oxygénation des fonds.
La surveillance des espèces importées en vue de l'élevage l'est tout autant afin de limiter les risques d'introduction d'espèces invasives.

Faciès et associations

-Association d'épiflore à Ruppia cirrhosa et/ou Ruppia maritima (III.1.1.1.).
-Association à Pomatogeton pectinatus (III.1.1.3.).
-Association à Zostera noltii en milieu euryhalin et eurytherme (III.1.1.4.).
-Association à Zostera marina en milieu euryhalin et eurytherme (III.1.1.5.).
-Association à Halopitys incurva (III.1.1.8.).
-Faciès à Ficopomatus (=Mercierella) enigmatica (III.1.1.2.), polychète sédentaire qui peut constituer de véritables récifs dans certains étangs littoraux chauds. Cette espèce introduite sur les côtes françaises peut avoir des développements temporaires extrêmement importants (colonisations de plusieurs hectares), puis disparaître.

Auteurs de la fiche

D. BELLAN-SANTINI, G. BELLAN, J. G. HARMELIN

Bibliographie

PNUE, PAM, CAR/ASP, 2006. Classification des biocénoses benthiques marines de la région Méditerranéenne. CAR/ASP, Tunis, 13 p. (Source)

PNUE, PAM, CAR/ASP, 2006. Liste de référence des types d’habitats pour la sélection des sites à inclure dans les inventaires nationaux de sites naturels d’intérêt pour la conservation. CAR/ASP, Tunis, 4 p. (Source)

 PNUE, PAM, CAR/ASP, 2007. Manuel d’interprétation des types d'habitats marins pour la sélection des sites à inclure dans les inventaires nationaux de sites naturels d’intérêt pour la Conservation. Pergent G., Bellan-Santini D., Bellan G., Bitar G. et Harmelin J.G. eds., CAR/ASP publ., Tunis, 199 p. (Source)

 BELLAN-SANTINI D., LACAZE J.C., POIZAT C., 1994. Les biocénoses marines et littorales de Méditerranée, synthèse, menaces et perspectives. Collection Patrimoines Naturels. Secrétariat de la Faune et de la Flore/M.N.H.N., 19 : 1-246.

BIANCHI C.N., 1988. Tipologia ecologica delle lagune costiere italiane : 57-66. In : 1988. Le lagune costiere : ricerca e gestione. CARRADA G.C., CICOGNA F., FRESI E., (Editors). CLEM Pubblicazioni, Massalubrense : 1-254.

CARRADA G.C., CICOGNA F., FRESI E., 1988. Le lagune costiere : ricerca e gestione. CLEM Pubblicazioni, Massalubrense : 1-254.

DAUVIN J.C., BELLAN G., BELLAN-SANTINI D., CASTRIC A., COMOLET-TIRMAN J., FRANCOUR P., GENTIL F., GIRARD A., COFAS S., MAHÉ C., NOËL P. et DE REVIERS B., (edit.), 1994 - Typologie des ZNIEFF-Mer, liste des paramètres et des biocénoses des côtes françaises métropolitaines. 2ème Edition. Collection Patrimoines Naturels. Secrétariat de la Faune et la Flore/M.N.H.N., 12 : 1-64.

GAMULIN-BRIDA H., 1967. The benthic Fauna of the Adriatic Sea. Oceanogr. Mar. Biol., Ann. Revue, 5:535­568.

GIACCONE G., ALONGI G., PIZZUTO F., COSSU A., 1994. La vegetazione marina bentonica fotofila del Mediterraneo: II. Infralitorale e Circalitorale: Proposte di aggiornamento. Boll. Accad. Gioenia Sci. Nat. Catania, (27) 346: 111-157.

GIACCONE G., ALONGI G., PIZZUTO F., COSSU A., 1994. La vegetazione marina bentonica sciafila del Mediterraneo : III. Infralittorale e Circalittorale. Boll. Acc. Gioenia sci. nat. 27 (346) : 201-227.

GRILLAS P., AUBRY I., MESLEARD F., 2002. Guide méthodologique de gestion des lagune méditerranéennes. Tome 2 : Les espèces. 1ère partie : La Végétation : 13-52, in : Sauvegarde des étangs littoraux du Languedoc-Roussillon. Région Languedoc-Roussillon, Montpellier.

GUÉLORGET O. et PERTHUISOT J.P., 1993 - Le domaine paralique. Expressions géologiques, biologiques et économiques du confinement. Trav. Lab. Géol. ENS, Paris, 232p.

OCCHIPINTI AMBROGI A., 2000. Recent developments in the history of the bryozoans of the lagoon of Venice: Biodiversity and environmental stress : 305-320 in Herrera Cubilla A. & Jackson J.B.C. (eds), Proceedings of the 11th International Bryozoology Association Conference, Republic of Panama, January 26-31, 1998. Publ. Smithsonian Tropical Research Institute, 448 pp.

OCCHIPINTI AMBROGI A., SCONFIETTI R., MORRI C., BIANCHI C.N., 1988. Ricerche sulla zonazione spazio­temporale dell’epifauna sessile nel settore centrale della laguna Veneta. Boll. Mus. Civ. Sta. Nat. Venezia, 38 : 155-173.

 PERES J.M., PICARD J., 1964. Nouveau manuel de bionomie benthique de la Méditerranée. Rec Trav. Stat. Mar. Endoume, 31 (47) : 1-137.

PICARD J., 1965. Recherches qualitatives sur les biocoenoses marines des substrats meubles dragables de la région marseillaise. Rec. Trav. Sta. mar. Endoume, 52 (36), :1-160, 10.

PIGNATTI S., 1953. Introduzione allo studio fi tosociologico della pianura veneta orientale con particolare riguardo alla vegetazione litoranea. Arch. Bot. 28/29 : 1-169.

PIGNATTI S., 1962. Associazioni di alghe marine sulla costa veneziana. Mem. Ist. Ven. Sci. Lett. Arti Venezia, 33 : 3-131.

ROS J.-D., ROMERO J., BALLESTEROS E., GILI J.-M., 1985. Diving in blue water. The benthos. :233-295. In: Western Mediterranean, Margalef, R. Ed. Pergamon Press.

VERHOEVEN J.T.A., 1980. The ecology of Ruppia-dominated communities in western Europe. II. Synecological classification, structure and dynamics of the macroflora and macrofauna communities. Aquatic Biology, 8 : 1-85.

ZAOUALI-LAIDAIN J., 1983. Les peuplements malacologiques dans les biocénoses lagunaires tunisiennes. Étude de la biologie de l’espèce pionnière Ceratoderma glaucum Poiret. Thèse Doctorat es-Sciences, Université de Caen : 1-335.