Logos SINP

FR2600986 - Prairies, landes sèches et ruisseaux de la vallée de la Dragne et de la Maria

Site de la directive "Habitats, faune, flore"

Base de référence : septembre 2017.

Mise à jour annuelle de la liste SIC - publication au JO UE : 09/12/16 (à partir de la base : septembre 2015)

Identification du site

Type : B (pSIC/SIC/ZSC)

Code du site : FR2600986

Compilation : 31/05/1995

Mise à jour : 17/02/2014

Appelation du site : Prairies, landes sèches et ruisseaux de la vallée de la Dragne et de la Maria

Dates de désignation / classement :

  • pSIC : première proposition : 30/04/2002
  • pSIC : dernière évolution : 30/04/2002
  • SIC : Première publication au JO UE : 07/12/2004
  • SIC : Dernière publication au JO UE : 07/12/2004
  • ZSC : premier arrêté : 26/03/2015
  • ZSC : Dernier arrêté : 26/03/2015
Texte de référence

Localisation du site
Coordonnées du centre (WGS 84) :
  • Longitude : 3,91944 (E 3°55'09'')
  • Latitude : 46,95778 (N 46°57'28'')
Superficie : 1 057 ha.
Pourcentage de superficie marine : 0 %
Altitude :
  • Min : 275 m.
  • Max : 750 m.
  • Moyenne : 500 m.
Régions biogéographiques :
Continentale : 100%

REGION : BOURGOGNE
DEPARTEMENT : Nièvre (100%)
COMMUNES : Fâchin, Moulins-Engilbert, Onlay, Préporché, Saint-Léger-de-Fougeret, Villapourçon.

Carte de localisation

Description du site

Caractère général du site

Classes d'habitats Couverture
Forêts caducifoliées 35%
Prairies semi-naturelles humides, Prairies mésophiles améliorées 27%
Marais (vegetation de ceinture), Bas-marais, Tourbières, 20%
Pelouses sèches, Steppes 10%
Landes, Broussailles, Recrus, Maquis et Garrigues, Phrygana 5%
Eaux douces intérieures (Eaux stagnantes, Eaux courantes) 2%
Rochers intérieurs, Eboulis rocheux, Dunes intérieures, Neige ou glace permanente 1%

Autres caractéristiques du site

Le site s'étend majoritairement dans la vallée de la Dragne, occupée par des prairies humides à sèches ; il englobe également le ruisseau de La Maria, affluent de la Dragne, aux versants plus abrupts et boisés. Les cours d'eau structurent donc ce site, partiulèrement important pour les populations relictuelles d'Ecrevisses à pied blanc et de Moules perlières. 

Qualité et importance

La vallée de la Dragne est un ensemble écologique remarquable,  bien conservé et diversifié avec des zones humides constituées de ruisseaux oligotrophes, de prairies humides et marécageuses, de tourbières à Sphaignes et Rossolis et de boisements sur sols marécageux à sains. On trouve aussi des landes sèches acidiphiles sur les versants  où affleurent des rochers avec une végétation lichénique saxicole et des groupements thérophytiques.
Par endroits affleurent des schistes et lentilles de calcaire dévonien avec coexistence d'espèces acidiphiles et calcicoles ; le Passerage (Lepidium heterophyllum) se trouve à proximité du Lin (Linum catharticum) et de l'Orchis brûlé (Orchis ustulata), deux plantes calcicoles. 

Les eaux bien oxygénées, rapides et froides des cours d'eau offrent de bonnes potentialités pour la reproduction de la Truite fario, du Chabot, de la Lamproie fluviatile et de la Lamproie de Planer. On y rencontre aussi deux espèces de grand intérêt pour la Bourgogne car très rares et localisées en Morvan : l'Ecrevisse à pieds blancs et la Mulette d'eau douce.

Vulnérabilité

L'activité traditionnelle d'élevage (fauche, pâturage) peu intensive a permis l'entretien du patrimoine naturel des prairies humides. Une tendance à l'évolution vers des pratiques plus intensives (drainage, amendements, herbicides, chaulage...) occasionne actuellement une régression des habitats naturels et induisent des pollutions des cours d'eau.

La déprise agricole sur les zones tourbeuses et pelouses sèches concourent à leur enfrichement.

Les Lamproies, le Chabot, l'Ecrevisse à pieds blancs et la Mulette sont des espèces très sensibles aux perturbations et à la qualité des cours d'eau. Les curages, recalibrages et enrochements éliminent de nombreux microhabitats naturels. Les travaux importants sur les parcelles contigues (mise à nu) des sols peuvent aussi générer des apports de matériaux par ruissellement.

Influence des traitements sylvicoles sur la qualité des cours d'eau : risque d'ensablement, dégradation directe lors du débardage, baisse de la stabilité des berges et des caches liée aux systèmes racinaires des résineux introduits...