Logos SINP

FR2600995 - Prairies marécageuses et paratourbeuses de la vallée de la Cure

Site de la directive "Habitats, faune, flore"

Base de référence : décembre 2017.

Mise à jour annuelle de la liste SIC - publication au JO UE : 12/12/17 (à partir de la base : septembre 2016)

Identification du site

Type : B (pSIC/SIC/ZSC)

Code du site : FR2600995

Compilation : 31/05/1995

Mise à jour : 18/02/2014

Appelation du site : Prairies marécageuses et paratourbeuses de la vallée de la Cure

Dates de désignation / classement :

  • pSIC : première proposition : 30/04/2002
  • pSIC : dernière évolution : 30/04/2002
  • SIC : Première publication au JO UE : 07/12/2004
  • SIC : Dernière publication au JO UE : 07/12/2004
  • ZSC : premier arrêté : 07/06/2011
  • ZSC : Dernier arrêté : 07/06/2011
Texte de référence
Arrêté de création du 07 juin 2011 portant décision du site Natura 2000 Prairies marécageuses et paratourbeuses de la vallée de la Cure (zone spéciale de conservation)

Localisation du site
Coordonnées du centre (WGS 84) :
  • Longitude : 4,03361 (E 4°02'0'')
  • Latitude : 47,21194 (N 47°12'42'')
Superficie : 521 ha.
Pourcentage de superficie marine : 0 %
Altitude :
  • Min : 513 m.
  • Max : 598 m.
  • Moyenne : 550 m.
Régions biogéographiques :
Continentale : 100%

REGION : BOURGOGNE
DEPARTEMENT : Nièvre (100%)
COMMUNES : Gien-sur-Cure, Montsauche-les-Settons, Moux-en-Morvan, Planchez.

Carte de localisation

Description du site

Caractère général du site

Classes d'habitats Couverture
Marais (vegetation de ceinture), Bas-marais, Tourbières, 40%
Prairies semi-naturelles humides, Prairies mésophiles améliorées 27%
Forêts caducifoliées 20%
Pelouses sèches, Steppes 10%
Eaux douces intérieures (Eaux stagnantes, Eaux courantes) 3%

Autres caractéristiques du site

Le site est caractérisé par un vaste complexe de milieux prairiaux humides, parmi lesquels deux zones tourbeuses particulièrement remarquables, occupant le fond de la vallée de la Cure. Le site est constitué de deux entités, l'une en amont, l'autre en aval du lac des Settons ; il inclut quelques uns des petits cours d'eau affluents de la Cure.

Qualité et importance

La vallée de la Cure présente une grande variété de milieux aquatiques et humides : rivière, ruisseaux, étangs, tourbières, prairies et bois tourbeux où sont recensés de nombreux groupements végétaux inscrits à la Directive Habitats.

Les tourbières implantées en fond de vallée marécageuses présentent de nombreuses espèces rares en Bourgogne et protégées au niveau régional ou national  : Rossolis à feuilles rondes, Rossolis intermédiaire, Linaigrette vaginée, Rhynchospore blanche... On note également la présence d'espèces vestiges des dernières glaciations (Canneberge, Linaigrette).

Des espèces rares en Bourgogne comme la Pédiculaire des marais ou la Prêle des bois sont également notées au niveau des prairies humides et tourbeuses qui occupent les dépressions et bas-fonds du lit majeur de la Cure. 

Les milieux forestiers sont essentiellement des boisements riverains des cours d'eau : saulaie-frênaie, aulnaie-frênaie à Impatience ne-me-touchez-pas et à Osmonde royale, espèces protégées en Bourgogne. Les bas de versants sont occupés par une chênaie-charmaie atlantique à Jacinthe atteignant sa limite géographique Est et rencontrée en Bourgogne uniquement dans le Morvan.

La Cure aux eaux rapides et bien oxygénées est colonisée par une espèce indigène d'Ecrevisse : l'Ecrevisse à pieds blancs, par la Mulette dont les seules stations localisées en Bourgogne sont dans les rivières du Morvan et par le Chabot et la Lamproie de Planer, espèces d'intérêt communautaire.

Vulnérabilité

L'activité traditionnelle d'élevage (fauche et pâturage) peu intensive  a permis l'entretien du patrimoine naturel des prairies humides et des cours d'eau qui les drainent. Une tendance à l'évolution vers des pratiques plus intensives (drainage, chaulage, herbicides...) occasionneraient une régression des habitats naturels et de la qualité des milieux aquatiques.

Les boisements des milieux humides à marécageux peuvent être réalisés par des techniques lourdes qui détruisent directement les milieux.

L'évolution naturelle des tourbières conduit à terme à leur comblement et au boisement. Les stades jeunes les plus dynamiques régressent et disparaissent de même que les espèces qui leurs sont inféodées.

Enfin, la fréquentation induite par le pôle touristique du lac des Settons peut avoir des impacts sur les habitats de pelouse à littorelles, de même que les pratiques sportives associées à la rivière : kayak, pêche… La gestion des lâchures d'eau du barrage est également importante pour le maintien des populations de truites fario et donc de la mulette d'eau douce ou pour celle des pelouses amphibies.