Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 210015553
PINEDES ET CHÊNAIES THERMOPHILES DU PLATEAU DE CHENIERS

(n° régional : 04960000)

Commentaires généraux

La ZNIEFF II du plateau de Cheniers est située à une dizaine de kilomètres au sud-ouest de Châlons-en-Champagne. Elle est éclatée en plusieurs zones proches regroupant les dernières pinèdes et chênaies thermophiles en bon état du secteur. Elle contient la ZNIEFF I du célèbre bois de la Bardolle.

Les boisements sont de deux types : pinède de pins sylvestres (et de pins noirs) et chênaie pubescente (un des rares exemplaires de chênaie pubescente de plaine de la région, protégé pour l'essentiel par un Arrêté de Protection de Biotope). Cette dernière constitue un des derniers exemplaires d'un groupement forestier autrefois plus répandu, la garenne de Champagne crayeuse (pratiquement éliminée par les plantations résineuses et par sa mise en culture suite aux remembrements particulièrement dévastateurs de la région). Le peuplement forestier est constitué par le chêne sessile, le chêne pubescent (individus âgés de 80 à 100 ans) et leur hybride, par l'alisier blanc, l'alisier de Fontainebleau, le bouleau verruqueux. Le taillis est riche en chêne pubescent, en noisetier et en cerisier de Sainte-Lucie. Le long des chemins et des layons subsiste une lisière thermophile (manteau arbustif à baguenaudier et ourlet à géranium sanguin et coronille en couronne).

Les pinèdes sont typiques : à coté des pins noirs et sylvestres se sont développés le bouleau verruqueux, le chêne sessile, le hêtre, les érables et noisetiers. La strate arbustive est dominée par de beaux cerisiers de Sainte-Lucie et genévriers, accompagnés par la viorne mancienne, le troène, l'aubépine monogyne, le rosier rouillé, le rosier à nombreuses épines, etc. Leur structure assez claire et une physionomie ouverte ont permis à des groupements de pelouses de perdurer (également sur les talus, le long des chemins ou dans de petites clairières): le brome érigé, la fétuque de Léman et la brize intermédiaire dominent un tapis herbacé constitué par l'hélianthème jaune très abondant, la brunelle à grandes fleurs, la germandrée petit-chêne, la germandrée des montagnes, le lin à feuilles ténues, le séséli des montagnes, la bugrane rampante, la bugrane épineuse, etc..

Tous ces petits bois rassemblent un nombre remarquable de plantes d'affinités montagnardes ou médio-européennes thermophiles. Ainsi près d'une quinzaine d'espèces rares se rencontrent sur le site dont une protégée au niveau national, l'alisier de Fontainebleau (endémique ouest-européenne, rare et disséminée dans le Bassin parisien, l'Alsace et le nord-est de la France). Quatre espèces sont également protégées au niveau régional et trois au niveau départemental : la coronille en couronne (ilôt isolé à la limite nord-occidentale de son aire de répartition), le géranium sanguin (non revu récemment, peut-être disparu), la violette rupestre et la pyrole à fleurs verdâtres pour les premières et pour les secondes, la ronce des rochers (d'origine submontagnarde, proche de sa limite de répartition occidentale et très rare dans la Marne où elle n'est représentée que dans deux stations) mais qui n'a pas été revue récemment (disparue ?), le laser à larges feuilles, sous sa variété "asperum" (forme génétique planitaire originale), très rare dans la Marne et le chrysanthème en corymbe. La plupart de ces espèces sont inscrites sur la liste rouge des végétaux menacés de Champagne-Ardenne, de même que l'orobanche du thym, le baguenaudier (Colutea arborescens subsp. gallica) qui est ici à la limite septentrionale de son aire d'indigénat, la violette blanche, la laîche humble, le compagnon de nuit, l'ophrys araignée et la petite spéculaire. Le peucédan herbe-aux-cerfs, protégé dans la Marne et autrefois présent sur le site, n'a pas été revu depuis plusieurs années.

L'entomofaune est bien représentée avec 55 espèces différentes rencontrées. Un papillon, l'azuré de la croisette, est protégé en France et inscrit sur la liste rouge des Lépidoptères de Champagne-Ardenne, en compagnie du mélitée des scabieuses, du fadet de la mélique et du flambé également présents sur le site). Cinq espèces de criquets (oedipode turquoise, criquet italien, criquet géophile) et sauterelles (decticelle et platycléis à taches blanches) inscrits sur la liste rouge des Orthoptères de Champagne-Ardenne ont été recensées.

Les oiseaux sont nombreux, avec près d'une cinquantaine d'espèces différentes dont deux appartiennent à la liste rouge des oiseaux menacés de Champagne-Ardenne : le pigeon colombin et le faucon hobereau qui nichent dans ces petits bois.

Le lézard des souches a également été rencontré sur le site : protégé en France depuis 1993, il est également inscrit à l'annexe IV de la directive Habitats, à l'annexe II de la convention de Berne, dans le livre rouge de la faune menacée en France et sur la liste rouge régionale (statut "en déclin").

Les pinèdes sont généralement en bon état, mais sont progressivement dégradées par les pratiques agricoles et le vieillissement des populations (lisières soumises à toutes les projections d'herbicides, pesticides, engrais avec banalisation de la flore au dépens de groupements eutrophisés avec l'alliaire, la bryone et la ronce bleue). Le Bois de la Bardolle, quant à lui, bénéficie depuis 1995 d'un Arrêté de Protection de Biotope sur près de 7 hectares, mais reste néanmoins très menacé dans son ensemble pour la pérennité de ses lisières : en effet, les coupes, augmentant l'intensité de l'éclairage latéral, ont favorisé la pénétration en nombre du pin sylvestre et la densification du couvert. La plupart des espèces remarquables des clairières a été par conséquence rejetée dans les lisières où elles sont particulièrement exposées aux travaux agricoles (empiétements au moment des labours, influences directe et indirecte des traitements phyto-sanitaires des cultures environnantes).

Commentaires sur la délimitation

Les limites de la ZNIEFF sont les limites naturelles des zones les plus intéressantes (les moins artificialisées) pour la flore (espèces rares et groupements végétaux particuliers) et pour la faune (zone de nature au milieu d'un vaste plateau cultivé)