Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 220013477
CUESTA SUD DE MONTAIGU

(n° régional : 02LAN121)

Commentaires généraux

DESCRIPTION

La zone correspond à une partie de la cuesta nord de l’Ile de France, à la limite avec le plateau champenois. Les oppositions de versant est/ouest et nord/sud de cette cuesta, ainsi que sa situation biogéographique, subatlantique-précontinentale, permettent la présence de mésoclimats très variés, avec une influence thermomontagnarde très marquée.

La structure géologique est propre au Laonnois avec, de bas en haut de versant :

- les sables du Thanétien ;

- les argiles du Sparnacien ;

- les sables de Cuise (Yprésien), qui structurent l’essentiel des versants ;

- les argiles de Laon (Yprésien), qui forment un affleurement discontinu le long de la corniche lutétienne ;

- les calcaires du Lutétien, qui forment une structure tabulaire ;

- des dépôts limoneux de plateau.

Des colluvions calcaro-sableuses masquent le sous-sol de la majorité des vallons, tandis que certains vallons à fond plat présentent des accumulations de tourbe.

Les principaux groupements forestiers sont les suivants :

- la chênaie sessiliflore à Myrtille (Vaccinium myrtillus), du Quercion robori-petraeae ;

- la bétulaie à sphaignes, du Sphagno-Betuletum, avec des bourbiers fragmentaires à Menyanthe Trèfle-d’eau (Menyanthes trifoliata) et des stades initiaux de tourbière bombée à sphaignes ;

- la hêtraie calcicole thermophile du Cephalanthero-Fagion ;

- la chênaie-charmaie acidocline du Lonicero-Carpinion ;

- la charmaie calcicole à Orchidées du Mercurialo-Carpinenion ;

- la tiliaie-érablière de pente nord du Lunario-Acerion.

Les groupements intra-forestiers et extra-forestiers connexes sont les suivants :

- les ourlets calcicoles thermophiles d’affinités thermomontagnardes du Geranion sanguinei ;

- la lande sèche précontinentale à Callunedu Genisto pilosae-Callunetum vulgaris ;

- des marais alcalins intraforestiers de pente à Choin noirâtre (Schoenus nigricans) de l’Hydrocotylo-Schoenion fragmentaire.

Certains milieux ouverts remarquables complètent la zone. Il s’agit essentiellement de :

- pelouses ouvertes sur sables mobiles acides, du Spergulo morisonii-Corynephoretum canescentis ;

- pelouses ouvertes sur sables grossiers acides, de l’Airion caryophylleo-praecocis, avec les stades dynamiques successifs, dont le Violion caninae à Laîche des sables (Carex arenaria) et à Oeillet couché (Dianthus deltoides) ;

- prairies acidoclines paratourbeuses pâturées, des Caricetea nigrae.

INTERET DES MILIEUX

Groupements forestiers de grand intérêt pour la Picardie, dont les suivants sont inscrits à la directive "Habitats" de l’Union Européenne :

- la chênaie acidophile, du Quercion robori-petraeae ;

- la bétulaie du Sphagno-Betuletum, très rare et en voie de disparition en Picardie ;

- la hêtraie du Cephalanthero-Fagion, d’affinités thermomontagnardes très marquées ;

- la tiliaie-érablière du Lunario-Acerion.

Groupements tourbeux, très rares à exceptionnels en Picardie :

- les bourbiers fragmentaires à Menyanthe Trèfle-d’eau (Menyanthes trifoliata) ;

- les stades initiaux de tourbière bombée à Sphaignes ;

- les marais alcalins de l’Hydrocotylo-Schoenion.

Ces trois groupements sont inscrits à la directive "Habitats".

Groupements héliophiles très rares, inscrits à la directive "Habitats" et en régression en Picardie :

- les ourlets du Geranion sanguinei, menacés de disparition dans la région ;

- la lande du Genisto pilosae-Callunetum vulgaris, très bien structurée ici ;

- pelouses du Spergulo morisonii-Corynephoretum canescentis.

INTERET DES ESPECES

Cortège remarquable de plantes protégées pour la région picarde :

- la Laîche pied-d’oiseau (Carex ornithopoda*) ;

- le Géranium sanguin (Geranium sanguineum*) ;

- le Géranium des bois (Geranium sylvaticum*) ;

- le Laser blanc (Laserpitium latifolium*) ;

- le Genêt poilu (Genista pilosa*) ;

- le Menyanthe Trèfle-d’eau (Menyanthes trifoliata*) ;

- la Gesse noire (Lathyrus niger*), probablement disparue ;

- la Ronce des rochers (Rubus saxatilis*), non revue récemment ;

- la Véronique en écus (Veronica scutellata*) ;

- la Bruyère à quatre angles (Erica tetralix*) ;

- la Linaigrette à feuille étroites (Eriophorum polystachion*), stérile en sous-bois ;

- la Prêle des bois (Equisetum sylvaticum*).

Cortège de plantes, très rares à exceptionnelles en Picardie, dont :

- la Téesdalie à tige nue (Teesdalia nudicaulis),

- la Pédiculaire des bois (Pedicularis sylvatica),

- l’Oeillet couché (Dianthus deltoides),

- la Spargoute printanière (Spergula morisonii),...

Cortège avifaunistique remarquable, avec :

- le Rougequeue à front blanc (Phoenicurus phoenicurus) ;

- la Bondrée apivore (Pernis apivorus), rapace inscrit à la directive "Oiseaux".

Cortège entomologique éminent, notamment au niveau des lépidoptères nocturnes, avec de nombreuses espèces rares en Picardie dont : Anarta myrtilli, Furcula bicuspis, Dichonia aprilina, Dryobotodes protea (seule station connue en Picardie),...

Présence de la Cigale des montagnes (Cicadetta montana), rare dans la région, de l’Oedipode bleue (Oedipoda coerulescens), criquet très rare à l’intérieur des terres en Picardie, et du Criquet des bruyères (Chorthippus vagans), très rare en Picardie.

FACTEURS INFLUENCANT L’EVOLUTION DE LA ZONE

- La sylviculture respecte globalement les conditions stationnelles et la conservation de la biodiversité.

- Boisement spontané des milieux ouverts les plus remarquables, notamment des marais alcalins de pente et des lisières thermocalcicoles.

- La fréquentation excessive des chemins sableux et du lieu-dit le « Grand Désert » par les motos et les quads induit une dégradation très forte de ces milieux d’intérêt patrimonial exceptionnel.

N.B. : Les espèces dont le nom latin est suivi d’un astérisque sont légalement protégées.

Commentaires sur la délimitation

Les contours du site englobent les bois, pelouses, landes, prairies et lisières associées. Les cultures sont exclues.