Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 220220020
LARRIS DU CULMONT ENTRE LAMECOURT ET ERQUERY

(n° régional : 60PPI144)

Commentaires généraux

DESCRIPTION

Le larris du Culmont est composé de milieux pelousaires ponctués de buissons et de bois calcicoles. Il s'étire le long d'un versant raide exposé à l'ouest.

Les affleurements de craie santonienne génèrent des sols caillouteux minces, favorables à la présence de pelouses sèches. Les Genévriers y traduisent l'ancienneté d'un pâturage sur le coteau : ces arbustes ne sont pas mangés par les troupeaux et ne se développent que sur des sols caillouteux à végétation rase.

Avec la cessation de l'activité pastorale, la pelouse tend à se densifier par envahissement du Brachypode penné (Brachypodium pinnatum). Les arbustes (prunelliers, aubépines, cornouillers...) gagnent également du terrain depuis les lisières des bois.

Ces bois sont essentiellement des taillis et des fourrés de recolonisation, avec quelques hêtraies de pente.

INTERET DES MILIEUX

Les pelouses calcicoles à orchidées sont des milieux devenus rares en Picardie et dans toute l'Europe du nord. Elles sont, à ce titre, inscrites à la directive "Habitats" de l'Union Européenne. La Picardie a vu ses surfaces de pelouses à orchidées divisées par vingt environ depuis un siècle.

De fait, ces espaces abritent des espèces souvent rares et menacées, au minimum à l'échelle régionale.

INTERET DES ESPECES

L'un des éléments les plus remarquables est la présence d'un cortège d'orchidées, dont l'Anacamptis pyramidal (Anacamptis pyramidalis), assez rare en Picardie, l'Ophrys abeille (Ophrys apifera), l'Ophrys mouche (Ophrys insectifera), la Gymnadène moucheron (Gymnadenia conopsea)...

Le rare Cynoglosse d'Allemagne (Cynoglossum germanicum*) est également présent.

FACTEURS INFLUENCANT L'EVOLUTION DE LA ZONE

La densification de la pelouse est limitée en quelques points par les actions des Lapins de garenne : leurs broutements et grattements conservent des plages de pelouses rases et caillouteuses, favorables aux espèces les plus rares. Les chevreuils limitent, quant à eux, le développement des buissons en les abroutissant.

N.B. Les espèces végétales dont le nom latin est suivi d’un astérisque sont légalement protégées.

Commentaires sur la délimitation

Les contours du site comprennent les pelouses et les bois calcicoles, milieux les plus remarquables. Les cultures ne sont pas intégrées, hormis sur un étroit liseré qui joue un rôle de tampon.