ZNIEFF 230030871
LES COTEAUX D'AMFREVILLE-SOUS-LES-MONTS

(n° régional : 83080000)

Commentaires généraux

Le coteau calcaire est tout à fait remarquable sur les plans écologique, botanique, entomologique et paysager. Il se compose d'une mosaïque de milieux plus ou moins ouverts : éboulis et affleurements rocheux, pelouse à seslérie, ourlet à brachypode, fruticée, hêtraie de pente, bois de fond de vallon établis sur des colluvions. Cette diversité de milieux lui confère un intérêt écologique important. Le cortège floristique des pelouses est tout à fait remarquable : on compte dix espèces protégées dont deux endémiques normandes (ce sont certainement les plus belles stations de la région): la violette de Rouen (Viola hispida), protégée à l'échelon national et la lunetière de Neustrie (biscutella neustriaca), protégée à l'échelon régional. Ces deux espèces sont des espèces prioritaires de l'annexe 2 de la Directive Habitat.

On peut observer également l'alouchier (Sorbus aria), la gymnadénie odorante (Gymnadenia odoratissima), la bugrane naine (Ononis pulsilla), le tabouret montagnard (Thlapsi montanum), l'hélianthème des chiens (Helianthemum canum), etc. Ces espèces sont protégées à l'échelon régional. De nombreuses espèces d'orchidées sont présentes : Epipactis atrorubens, protégée à l'échelon régional, Orchis militaris, Ophrys insectifera, Orchis purpurea, divers ophrys,etc.

Au pied des coteaux se sont formés quelques éboulis calcaires thermophiles, habitat déterminants de ZNIEFF.

A cet intérêt floristique exceptionnel, s'ajoute un intérêt faunistique remarquable.

Notons la présence du lézard vert, protégé à l'échelon national, et de la vipère péliade, protégée partiellement. La cigale des montagnes, la mante religieuse, deux insectes méditerranéens très rares dans la région, le flambé et le machaon, deux très beaux lépidoptères y sont fréquents. De plus, l'intérêt faunistique est renforcé par la présence du damier de Succise (Euphydryas aurinia), protégé à l'échelon national et de l'Ecaille chinée (Euplegia [Callimorpha] quadripunctaria), deux espèces de l'annexe 2 de la Directive Habitat pour lesquelles leurs habitats doivent être protégés. Sur le plan paysager, ce site, exceptionnel, fait partie intégrante du site inscrit des Coteaux de la boucle de Poses et du site classé de la Côte des deux Amants.

Les faucons pèlerin et hobereau, déterminants de ZNIEFF, la chevêche d'Athéna et le rouge queue à front blanc sont des espèces nicheuses sur le site. En hiver, le Bruant zizi et la bécasse des bois y sont de passage. Ces 6espèces bénéficient d'une protection nationale.

Les bois du plateau, principalement des hêtraies-chênaies, hébergent d'intéressantes population de lépidoptères, dont l'écaille chinée (Euplegia quadripunctaria) présente sur l'ensemble du massif. Plus d'une centaine d'espèces de papillons, dont 18 déterminantes de ZNIEFF y sont recensées ; ainsi qu'une dizaine d'espèces d'orthoptères.

Mentionnons la présence d'une mare forestière, dont l'intérêt réside dans la présence de la Wolffie sans racines (Wolffia arrhiza), espèce très rare en Haute-Normandie.située à 145m d'altitude, la profondeur de la mare est en générale inférieure à 50 cm pour une surface de 500m2.

Cette pièce d’eau est par ailleurs très peu végétalisée.Elle présente ponctuellement diverses hélophytes sur ses berges (Juncus sp., Typha latifolia).

Quatre espèces d'odonates, toutes communes ont été observées sur le site. Deux espèces s'y reproduisent de manière certaine l'Aeschene bleue (Aeshna cyanea) et le Leste vert (Chalcolestes viridis), comme l'attestent les nombreuses exuvies collectées. Les deux autres espèces, l'Agrion jouvencelle (Coenagrion puella) et un Sympétrum sp. (Sympetrum sp., probablement S. sanguneum) n'ont été notés qu'en quelques exemplaires. L'apport de nourriture pour les sangliers qui se souillent et fouissent, entraîne une dégradation des berges.

Commentaires sur la délimitation
Aucune information disponible