Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 230031170
L'AÉRODROME DE SAINT-ANDRÉ DE L'EURE

(n° régional : 84700000)

Commentaires généraux

Situé au cœur du plateau cultivé de Saint André de l’Eure, au sud-ouest du département, cette zone comprend l'aérodrome de loisirs et les terrains annexes épargnés de l'intensification des pratiques agricoles. Il s'agit d'un ilot de biodiversité au sein de ce plateau vouée à la culture intensive, caractérisé avant tout par la présence de prairies naturelles sèches de fauche non amendées, de bosquets, d'anciennes pistes bétonnées en friche et d’une zone humide. Tous ces milieux accueillent une faune et une flore remarquable, avec de nombreuses espèces rares au niveau régional, ce qui confère au site son intérêt écologique.

FLORE : 261 espèces de plantes vasculaires ont pu être identifiées sur cette zone parmi lesquelles on peut noter 19 espèces déterminantes* ainsi que d’autres espèces remarquables. Les prairies sèches de fauche sont dominées par la carotte sauvage (Daucus carota) et le panicot des champs (Eryngium campestre), avec présence en nombre de la gesse de Nissole (Lathyrus nissolia*), espèce en grande raréfaction, et des faciès à gaudinie fragile (Gaudinia fragilis) et lin bisannuel (Linum bienne), groupement végétal exceptionnel dans la région. La végétation qui se développe sur les anciennes pistes bétonnées est particulièrement remarquable, puisqu‘elle accueille non seulement de grandes raretés parmi les plantes vasculaires comme le grand tordyle (Tordylium maximum), l’œillet prolifère (Petrorhagia prolifera*), l’orpin rougeâtre (Sedum rubens*), l’herniaire glabre (Herniaria glabra*) ou encore le trèfle strié (Trifolium striatum*), mais aussi des lichens xérophiles typiques des sols calcaires et dunes comme Cladonia rangiformis ou Peltigera rufescens. La petite zone humide apporte un complément à la diversité floristique avec notamment la véronique en écusson (Veronica scutellata*) qui y tapisse littéralement le sol, le lotier à feuilles étroites (Lotus corniculatus subsp. tenuis*), la grenouillette peltée (Ranunculus peltatus*) ou encore la centaurée naine (Centaurium pulchellum*).

FAUNE : La faune du site est également riche en espèces remarquables. On peut citer les 13 espèces d’orthoptères recensées dont le grillon d’Italie (Oecanthus pellucens) et l’oedipode turquoise (Oedipoda caerulescens) qui sont également déterminantes de ZNIEFF.

Au niveau ornithologique, 80 espèces ont déjà été observées sur le site dont un certain nombre d'oiseaux d'eau ou de zones humides qui utilisent le site comme halte migratoire. Parmi les nicheurs, citons le cochevis huppé ainsi que trois rapaces nocturnes, l’effraie des clochers, le moyen-duc et la chouette chevêche (non revue depuis quelques années).

Le hérisson d’Europe fréquente les prairies et le lézard des murailles est omniprésent sur les anciennes pistes de l’aérodrome. Dans la zone humide, on notera la présence de la grenouille verte et de la grenouille agile ainsi que celle de la couleuvre à collier.

Enfin, nous pouvons mentionner la présence de la noctuelle purpurine (Eublema purpurina), papillon nocturne en progression vers le Nord, espèce nouvelle pour la Haute-Normandie.

Commentaires sur la délimitation
Aucune information disponible