ZNIEFF 240010217
BOCAGE DE NOIRLAC

(n° régional : 1352)

Commentaires généraux

Le Bocage de Noirlac se situe essentiellement sur la commune de Bruère-Allichamps, dans la vallée du Cher. Cette ZNIEFF de 240 hectares est dominée par l'abbaye cistercienne de Noirlac datant du 12ème siècle. L'ancienneté de ce système bocager associée à la dynamique fluviale du Cher (secteur d’anciens méandres et de forte dynamique du Cher, zone inondable avant l’entrée dans les « gorges » de Bruère) offrent aujourd'hui un patrimoine naturel et paysager exceptionnel pour la région Centre. Au delà des habitats et de la flore déterminante, ce sont principalement les espèces faunistiques inféodées au système bocager qui justifient la modernisation de cette ZNIEFF.

En premier lieu, les travaux du Conservatoire d'espaces naturels de la région Centre et ceux de Benjamin CALMONT de la Société d'histoire naturelle ALCIDE-D'ORBIGNY ont permis de souligner l'intérêt patrimonial national du Bocage de Noirlac vis-à-vis de la faune des coléoptères saproxyliques. Sur 345 espèces de coléoptères saproxyliques recensées entre 2011 et 2013, 94 espèces sont bioindicatrices de qualité des forêts françaises. Cette richesse et cette diversité sont d'autant plus remarquables que la surface d'étude est restreinte par rapport à d'autres sites forestiers de plaine. A titre indicatif, le Dermestoides sanguinicollis, le Podeonius acuticornis et le Nematodes filum sont des espèces extrêmement rares et qui possèdent un très fort indice patrimonial (CALMONT 2011).

En second lieu, l'écosystème bocager héberge également des populations de chiroptères et d'oiseaux cavernicoles comme le Pic noir (Dryocopus martius). Concernant les chiroptères, Laurent ARTHUR et Michèle LEMAIRE (MHN de Bourges) ont recensé la présence de la Sérotine commune (Eptesicus serontinus), du Vespertilion de Daubenton (Myotis daubentonii), du Grand Murin (Myotis myotis), du Vespertilion à moustaches (Myotis mystacinus) et de la Noctule commune (Nyctalus noctula). Parmi les autres espèces protégées, on notera la nidification du Milan noir, la présence du Cuivré des marais et l'occupation des mares par le Triton crêté.

Enfin, l'intérêt de la ZNIEFF est complété par le maintien de quelques boisements alluviaux le long du Cher et du ruisseau des Eaux mortes. Les rives du Cher accueillent des populations nicheuses de Petit Gravelot, de Guêpier d'Europe et d'Hirondelle de rivage, ainsi que le Castor d'Europe.

Commentaires sur la délimitation

La ZNIEFF du Bocage de Noirlac a été délimitée à l'aide d'une orthophoto. Le Cher constitue la limite sud (à l'exception d'une friche à Lupin réticulé, au sud du Cher, intégrée dans le contour) tandis que le ruisseau des Eaux Mortes et le Bois de Meillant représentent la limite nord. Le parking de l'abbaye de Noirlac a été exclu du périmètre. La confluence entre le Cher et le ruisseau des Eaux mortes forme la limite ouest. A l'est, la limite a été calée sur le réseau de haies.