Logos SINP

ZNIEFF 240031452
Prairies humides de la Minée

(n° régional : 00001085)

Commentaires généraux

Il s'agit d'une prairie de fauche (du Juncion acutiflori) couvrant un peu plus d'un hectare et située en bordure de la RD77 à environ 3.5 kilomètres au nord-ouest du bourg de Brinon-sur-Sauldre.

La zone est constituée d’une prairie humide sur sols acides entretenue annuellement par broyage tardif afin de maintenir ce milieu ouvert utilisé comme ligne de tir par les chasseurs des bois contigus. Cette prairie est traversée dans sa longueur par une rigole drainante de faible profondeur connectée à un fossé périphérique. Ce site connu pour avoir abrité historiquement Anacamptis coriophora, non revue, accueille plusieurs centaines de pieds d’orchidées chaque année. On comptabilise 3 espèces végétales protégées et on notera la présence d’une petite population de Damier de la succise (entre 6 et 12 individus comptabilisés) pérenne depuis 2005 (accouplements observés) mais probablement en situation d’isolat. On y rencontre en cortège Anacamptis laxiflora, protégée régionale dont les populations varient annuellement de 10 à plus de 100 individus, accompagnée d’Anacamptis morio, Dactylorhiza maculata. On remarquera également la présence de quelques pieds de Nardus stricta et Ajuga occidentalis. Ce milieu prairial, autrefois dévolu à la production de fourrage, tend à se raréfier en Sologne.

Une population de Damier de la Succise (Euphydryas aurinia) se développe et se reproduit sur la zone.

Au total, seules 6 espèces végétales déterminantes dont deux protégées et 1 espèce protégée d'insecte ont été contactées mais la surface de l'habitat en présence, associée à sa patrimonialité, justifie le classement de cette zone en ZNIEFF de type I.

Commentaires sur la délimitation

Le contour de la zone, défini sur orthophotoplans, suit les limites de la prairie dont les délimitations reposent au nord sur la route départementale D77, à l’est un chemin communal et à l’ouest la lisière boisée.

Le boisement en lisière su abritent deux pieds d'Osmunda regalis mais non suffisants pour justifier une extension du contour.