Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 250008390
BASSIN DE LA SEE

(n° régional : 00250000)

Commentaires généraux

Fleuve côtier du sud du département de la Manche, la Sée parcourt soixante huit kilomètres avant de se jeter dans la baie du Mont Saint-Michel à proximité d'Avranches, dans un estuaire commun avec celui de la Sélune. La Sée draine un bassin versant composé de roches imperméables (granites, cornéennes et schistes) dont les crêtes situées à plus de 300 mètres d'altitude connaissent des précipitations annuelles supérieures à 1 000 mm. Ses nombreux affluents, assez courts et pentus, descendent directement des crêtes situées de part et d'autre de la vallée, les plus importants étant situés en rive droite (Yeurseul, Glanon, Bieu).

L'importance des précipitations et du ruissellement sur les roches dures du bassin ont façonné des cours d'eau aux écoulements rapides, localement encaissés comme dans la vallée de Brouains, à activité morpho-dynamique très active et aux fonds pierreux bien ouverts. Grâce aux aquifères granitiques, les débits d'étiage sont élevés.

FAUNE

La Sée et ses principaux affluents possèdent ainsi des habitats de tout premier ordre pour le Saumon, et ce d'autant que la rivière présente des écoulements naturels sur la quasi-totalité de son cours, les nombreux anciens moulins ayant presque tous été implantés en dérivation. La Sée apparaît ainsi comme l'une des très rares rivières françaises, et la seule de Basse-Normandie avec la Touques, à pouvoir encore exprimer totalement son potentiel naturel vis-à-vis des salmonidés migrateurs.

Plusieurs espèces de poisson d'intérêt patrimonial se rencontrent sur la Sée :

- le Saumon atlantique (Salmo salar) qui présente une remarquable population grâce aux capacités préservées du bassin, qu'il s'agisse des habitats pour les frayères et les juvéniles ou de la libre circulation,

- le Chabot (Cottus gobio), espèce caractéristique des fonds caillouteux ouverts, est omniprésent sur le bassin,

- les trois Lamproies, marine (Petromyzon marinus), fluviatile (Lampetra fluviatilis) et de Planer (L. planeri) qui colonisent le bassin avec une répartition d'aval en amont, la Lamproie marine se reproduisant sur le cours aval alors que la Lamproie de Planer se rencontre principalement sur l'amont et le chevelu des affluents.

Il faut aussi mentionner la Truite fario (Salmo trutta fario), espèce patrimoniale dont l'état des populations témoigne directement du fonctionnement des cours d'eau et du bassin versant. La Truite trouve plus spécialement sur le bassin de la Sée des conditions naturelles très favorables à son développement, notamment dans la complémentarité entre le réseau dense des ruisseaux affluents et le cours principal aux habitats diversifiés. La Truite de mer (Salmo trutta trutta) est également assez bien représentée, et fréquente le bassin jusqu'à la vallée de Brouains.

Enfin, un inventaire assez complet des lépidoptères de la vallée de la Sée a été réalisé et a permis de recenser quelques 324 espèces dont beaucoup sont très rares, parfois mentionnées pour la première fois dans la Manche. Parmi elles, citons la Noctuelle thalassine (Mamestra thalassina), la Carte géographique (Araschnia levana), Lomographa bimaculata, Eupithecia simpliciata, Itame brunneata...

FLORE

La vallée renferme ponctuellement des espèces végétales protégées au niveau national (**) ou régional (*) : la Pilulaire à globules (Pilularia globulifera**), la très rare Clandestine (Lathraea clandestina*) -espèce en limite d'aire de répartition-, et l'hépatique Blasia pusilla*. L'Osmonde royale (Osmunda regalis), les Callitriches des eaux stagnantes (Callitriche stagnalis) et à crochets ( C. platycarpa) ont également été recensées aux abords du Moulin de Brouains.

Commentaires sur la délimitation

Vallée renfermant des espèces animales et végétales d'intérêt patrimonial.