Logos SINP

ZNIEFF 260014896
MASSIFS FORESTIERS DU SUD AUXERROIS

(n° régional : 23002000)

Commentaires généraux

Au niveau des plateaux de calcaires d'âge jurassique supérieur encadrant les vallées de l'Yonne et de la Cure, le territoire comprend un ensemble de plateaux boisés (feuillus) associés à des espaces cultivés. Très localement, des pelouses sèches, des fourrés et des plantations de pins occupent les versants.

Ce site est d’intérêt régional pour ses pelouses sèches, ses boisements et les espèces de faune et de flore inféodées à ces milieux.

1) Différents milieux secs caractérisent les pentes calcaires, notamment :

- des pelouses sèches, d'intérêt européen,

- de la végétation des éboulis calcaires, d'intérêt européen,

- des pelouses très sèches, d'intérêt européen,

- différents ourlets herbacés, d'intérêt régional,

- des fruticées.

plusieurs plantes déterminantes pour l’inventaire ZNIEFF y a ont été répertoriées comme :

- la Violette des rochers (Viola rupestris), plante des pelouses sèches, rarissime en Bourgogne et protégée réglementairement,

- l'Euphorbe de Séguier (Euphorbia seguieriana), plante des pelouse sèches, rarissime en Bourgogne,

- l'Inule hérissée (Inula hirta), plante des pelouses arides, exceptionnelle en Bourgogne,

- le Tétrix calcicole (Tetrix bipunctata), un criquet des pelouses écorchées, très rare dans l'Yonne.

2) Compte-tenu de l’exposition des parcelles, de la profondeur du sol et des traitements forestiers appliqués, les boisements sont assez diversifiés avec :

- de la hêtraie sèche sur adrets calcaires, d’intérêt européen,

- de la hêtraie-chênaie froide, d’intérêt européen,

- de la chênaie pubescente, sur les calcaires secs des adrets, d’intérêt régional,

- de la chênaie-charmaie sur sols faiblement acides,

- de la chênaie-charmaie sèche sur terrains calcaires.

Ces boisements abritent des espèces végétales déterminantes pour l’inventaire ZNIEFF comme :

- la Mélique penchée (Melica nutans), plante forestière montagnarde rare en Bourgogne,

- la Dentaire pennée (Cardamine heptaphylla), plante forestière rare en Bourgogne.

3) Enfin, des chauves-souris d'intérêt européen présentent une colonie d’hibernation en carrière souterraine, à l'image du Grand Rhinolophe (Rhinolophus ferrumequinum). Elles utilisent différents milieux alentours (bordures boisées, pelouses et fruticées, vergers) pour se déplacer et s’alimenter.

Ce patrimoine dépend d’une gestion forestière à base de peuplements feuillus et de traitements adaptés aux conditions stationnelles (sol, climat, topographie, hydrographie), conservant les milieux annexes (clairières, layons, pelouses et lisières).

Les pelouses sont susceptibles de se boiser et de perdre leur intérêt pour la faune et la flore des milieux ouverts. Une restauration (débroussaillage) et un entretien (pâturage, fauche) permettraient de contrecarrer cette évolution.

Le patrimoine souterrain est sensible : le dérangement provoque le réveil des chauves-souris et la surconsommation de leurs réserves énergie, ce qui peut compromettre leur survie en période hivernale.

Commentaires sur la délimitation

Le périmètre est délimité par des massifs forestiers et des coteaux calcaires dans un environnement dominé par les grands espaces céréaliers. Ces secteurs sont riches en habitats en faune et en flore d’intérêt régional.