Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 310007284
Estuaire de la Slack

(n° régional : 00000067)

Commentaires généraux

Bien que de taille très modeste, l’estuaire de la Slack, de type picard, abrite pratiquement toutes les communautés végétales halophiles potentielles mais elles n’occupent, pour la plupart, que de faibles surfaces, même si elles apparaissent encore relativement bien structurées et représentatives de ce système : slikke vaseuse à Spartinetum anglicae… ; moyen et haut schorre limono-sableux à Puccinellietum maritimae avec cuvette inondable du Plantagini maritimae - Limonietum vulgaris ; frange supérieure des prés-salés avec prairies subhalophiles, mégaphorbiaies et ourlets (Junco maritimi - Caricetum extensae en limite d’aire de répartition vers le Nord, Althaeo officinalis - Elymetum pycnanthi…). Un autre habitat remarquable d’aire nord-atlantique semble en extension récente (association ouverte de petites salicornes des hauts d’estran sablonneux du Spergulario mediae - Salicornietum brachystachyae) et apparaît ici sous une forme optimale.

La bordure littorale est constituée d’un large banc de galets favorable à l’expression de communautés végétales littorales parmi les plus originales, certaines rarissimes à l’échelle du territoire français : haut de plage graveleux du Beto maritimae - Atriplicetum glabriusculae ; bancs de galets avec végétation vivace du Crithmo maritimi - Crambetum maritimae, en limite septentrionale d’aire de répartition.

Sur l'estran, deux communautés macrobenthiques intertidales de substrats meubles sont présentes (Rolet, 2014) : la communauté des sables intertidaux fins à moyens à amphipodes et Scolelepis spp. (A2.223) présente depuis les hauts niveaux jusqu’aux bas niveaux et la communauté des sables fins intertidaux à polychètes et amphipodes (A2.23) caractéristique des bas niveaux de l’estran et s’étendant vers la zone subtidale.

Le niveau supérieur de l'estran présente un platier rocheux occupé par quelques espèces de macroalgues déterminantes dont les algues brunes Fucus spiralis, Fucus vesiculosus var. linearis et Fucus serratus.

Trois gisements naturels de moules (Mytilus edulis) sont présents au nord du Fort d'Ambleteuse : "Les Liettes" (7,87 ha), "le Platier" (2,29 ha) et la zone rocheuse dénommée "La langue de chien" (1,21 ha) qui abrite également la laminaire Laminaria flexicaulis (A. Richard, Plongées en Côte d'Opale Tome 3, 2014).

D’un point de vue floristique, depuis 2000, 48 taxons déterminants de ZNIEFF ont été observés, ce qui est exceptionnel pour un site de taille aussi réduite. Sept espèces sont protégées dans la région et deux autres en France. Ces deux dernières sont :

● le Chou marin (Crambe maritima), protégé en France et inscrit au tome 2 du livre rouge de la flore menacée de France ; la population des plages graveleuses de cette Brassicacée est très importante en nombre ;

● la Renouée de Ray, (Polygonum raii). Protégée en France, cette renouée à port rampant préfère étendre ses tiges sur les cordons de galets et les plages de graviers. Elle est exceptionnelle dans le Nord-Pas de Calais et gravement menacée d’extinction. Depuis vingt ans, elle n’a été observée que sur ce site et sur un site du Calaisis.

Ce site est également très riche en autres espèces halophiles dont, pour ne citer que les plus remarquables :

· la Laîche divisée (Carex divisa), exceptionnelle et vulnérable dans la région ;

· la Laîche étirée (Carex extensa), typique des estuaires et protégée dans la région ; elle n’est connue que de quelques rares sites de ce littoral septentrional ;

· le Jonc maritime (Juncus maritimus), très rare et menacé d’extinction dans la région.

De taille modeste, cet estuaire de type picard abrite 46 espèces déterminantes dont 17 avifaunistique. Le Grand Gravelot (Charadrius hiaticula), assez rare dans le Nord – Pas-de- Calais (TOMBAL et al., 1996), se reproduit en majorité sur le cordon littoral, sur le sable, parsemé de coquillages, de galets et de petits cailloux.. Les marais et la roselière bordant l’estuaire sont très attractifs pour l’avifaune malgré les nombreux cheminements du sentier d’accès à la plage très proche. Des espèces paludicoles comme la Rousserolle effarvatte (Acrocephalus scirpaceus) et le Phragmite des joncs (Acrocephalus schoenobaenus) y chantent annuellement. Le grand intérêt des estuaires réside principalement pour leur zone de gagnage et reposoir qui se succèdent au rythme des marées. Des haltes importantes de limicoles peuvent s’observer en nourrissage dans l’estuaire ou au repos sur l’estran. De nombreux Bécasseaux variable (Calidris alpina) et Bécasseaux sanderling (Calidris alba), des Tournepierres à collier (Arenaria interpres) et des Grands Gravelots (Charadrius hiaticula) s’y côtoient.

Cette ZNIEFF est concernée par le site n°0053 de l'inventaire régional du patrimoine géologique intitulé « Estuaire et massif dunaire de la Slack » de rareté régionale pour sa géomorphologie.

Commentaires sur la délimitation

Le périmètre du site comprend l’ensemble de l’estuaire de la Slack et l'estran sableux à rocheux devant le village d'Ambleteuse.