Logos SINP

ZNIEFF 430002274
COLLINE DE CHAUDANNE

(n° régional : 31000005)

Commentaires généraux

DESCRIPTION

A Besançon, l'un des accidents géologiques majeurs du faisceau bisontin est l'axe anticlinal des collines, tronçonné par le méandrage de la rivière. Le site de Chaudanne appartient à ce relief plissé et érodé, constitué de calcaires fissurés et de dépressions marneuses. Dominée par un fort, cette colline, autrefois occupée sur les coteaux les mieux exposés par des vignes, des vergers et des pelouses, constitue une belle entité paysagère et écologique au sein de l'agglomération urbaine.

 

Sur les versants froids et abrupts, le délitement des barres rocheuses garnit les pentes d'éboulis pierreux et mobiles, en partie retenus par la hêtraie à tilleul. La présence de cet habitat à cette altitude est très intéressante, compte-tenu de sa capacité à accueillir des espèces montagnardes. Son cortège de plantes hygrosciaphiles pénètre quelque peu dans la hêtraie-chênaie calcicole d'ubac, développée sur les sols moins rocheux. Notons que l'inaccessibilité des pentes les plus fortes favorise la conservation d'arbres morts pour des communautés animales et végétales étroitement liées à cette ressource, plus rare dans les forêts exploitées. Sur le versant oriental, le meilleur ensoleillement profite à la chênaie-charmaie mésoxérophile calcicole. Quelques plantes thermophiles s'y développent, comme la potentille à petites fleurs, assez rare en Franche-Comté. Sur les marges au substrat rocailleux, le buis forme de vastes fourrés d'un grand intérêt paysager.

 

Le versant sud - sud-est est principalement concerné par l'abandon de l'agriculture traditionnelle. Il se compose d'une mosaïque complexe de vergers dépérissants et de pelouses mésoxérophiles à brome dressé et phalangère rameuse, envahis par une végétation d'enfrichement. Cette dernière est représentée par un groupement d'ourlet thermophile à géranium sanguin et peucédan des cerfs et par une fruticée mésoxérophile à coronille arbrisseau et cerisier de Sainte-Lucie. Au sein de cet ensemble, d'anciens murgers, aujourd'hui effondrés, accueillent une végétation caractéristique des éboulis thermophiles, proche des associations à rumex à écussons et scrophulaire de Hoppe ou à galéopsis à feuilles étroites. Localement, il s'agit plutôt de communautés de dalles calcaires, dominées par les orpins. Enfin, ces pierriers sont parfois colonisés par un manteau arbustif proche de la fruticée à tamier et coudrier.

 

La partie sommitale de la colline est le domaine de la pelouse mésoxérophile à brome dressé et phalangère rameuse, parsemée de zones écorchées propices à la pelouse thermoxérophile à laîche humble et anthyllide des montagnes. Cette dernière héberge des espèces rares, souvent en limite septentrionale de répartition. L'abandon de l'entretien des pelouses se traduit ici aussi par un développement de fruticées et d'ourlets, qui abritent notamment l'orobanche de Bartlingi, hautement prioritaire en Franche-Comté.

 

L'organisation de ces milieux de coteaux secs est très favorable à une faune spécifique, comptant de nombreuses espèces remarquables et sensibles comme le torcol, l'alouette lulu, la couleuvre d'Esculape, l'azuré du serpolet, le grand nègre des bois ou encore le criquet des mouillères.

 

STATUT DE PROTECTION

Le rôle important dans la fixation des sols des forêts de pente a attribué à la face nord de la colline le statut d'espace boisé classé. Par ailleurs, la présence de plusieurs espèces végétales et animales protégées assure indirectement la protection de cette zone puisque sont interdits tous actes de destruction à l'encontre de ces espèces et de leur milieu (arrêtés ministériels des 17.04.81, 6.05.07 et 19.11.07).

 

OBJECTIFS DE PRÉSERVATION

Les principales menaces pesant sur ce site sont liées à la pression urbaine, à la fermeture des milieux ouverts et à la fréquentation incontrôlée de la partie sommitale à des fins récréatives. La mise en place d'un partenariat entre la Ville de Besançon, le Conservatoire des espaces naturels de Franche-Comté et un éleveur caprin donne lieu, sur les parcelles communales, à des mesures de gestion adaptées aux objectifs de préservation.

 

Commentaires sur la délimitation
Aucune information disponible