Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 430020036
TOURBIERE EN CORFE

(n° régional : 50152005)

Commentaires généraux

DESCRIPTION

La partie occidentale des plateaux gréseux et de la moyenne montagne vosgienne, aux confins de la Franche-Comté, se caractérise par de grandes surfaces boisées, au sein desquelles sont disséminés étangs et tourbières. Une belle zone tourbeuse est implantée sur la commune de la Montagne, au lieu dit En Corfe, à l'ouest de la chapelle de Beauregard. Cette parcelle est entourée de terrains plus secs en amont et d'une zone humide de belle étendue avec des faciès à renouée bistorte. Les pourtours sont essentiellement occupés par une forêt d'épicéas. Ce site localisé à proximité de diverses tourbières fait ainsi partie d'un réseau écologique propice aux échanges de populations.

En effet, l'altitude, le climat froid et très humide, le substratum géologique cristallin associé aux placages glaciaires plutôt imperméables, la nature acide des eaux de ruissellement et des précipitations ainsi que le relief peu accidenté sont autant de conditions favorables à la formation de tourbières dans ce secteur. Diverses situations se présentent selon le type d'alimentation hydrique : ruissellement le long d'une pente douce, radeau flottant à la surface d'un étang ou encore accumulation et stagnation d'eau dans un point bas topographique, comme c'est la cas pour cette tourbière. Si l'alimentation en eau intervient latéralement dans la genèse, les apports météoriques (précipitations) peuvent s'y ajouter ou s'y substituer totalement ensuite. Sur ce site, des associations de bas-marais acide et de tourbière bombée active (haut-marais) cohabitent étroitement avec des communautés à rhynchospore blanc occupant les gouilles et les dépressions plus humides. Ces milieux sont caractérisés par la présence de sphaignes et d'un cortège de plantes typiques, inféodées à ces conditions particulières. Parmi ces espèces, quatre bénéficient d'une protection au plan national : la laîche des bourbiers, la scheuchzérie des marais et les rossolis à feuilles rondes et à feuilles intermédiaires. Cette dernière n'est connue en Franche-Comté que dans ce secteur prévosgien.

A ces habitats imbriqués est associée une faune caractéristique : sur le plan entomologique, les peuplements sont particulièrement riches en espèces rares et menacées. Parmi les papillons, trois espèces sont protégées en France : le nacré de la canneberge est une relicte glaciaire dont les effectifs dénombrés sur le site font état d'un niveau de population élevé, ce qui sous-entend des échanges probables avec les petites tourbières satellites. Le fadet des tourbières et le cuivré de la bistorte sont également recensés. Les libellules sont très bien représentées avec cinq taxons prioritaires, dont le très rare cordulégastre bidenté, inféodé aux zones de sources et de suintements, et la leucorrhine douteuse, hôte exclusif des systèmes tourbeux et très localisée au niveau régional.

 

STATUT DE PROTECTION

Aucune protection réglementaire de l'espace n'a été mise en place. En revanche, la présence d'espèces protégées confère indirectement un statut de protection au milieu : la législation interdit en effet de porter atteinte aux espèces et aux milieux qui les supportent (arrêtés ministériels des 20/01/82 et 23/04/07).

 

OBJECTIFS DE PRESERVATION

Les tourbières de Haute-Saône s'étendent sur moins de 250 hectares pour une centaine de sites. Ces réservoirs de biodiversité assurent également des fonctions de régulation hydrique (" rôle d'éponge ") et d'épuration des eaux. Compte tenu de sa valeur, de la rareté des habitats représentés et de sa richesse sur le plan floristique et entomologique, la sauvegarde de cette zone est prioritaire.

L'évolution naturelle des tourbières conduit progressivement à un atterrissement et à un enfrichement. Ainsi, la colonisation par les ligneux (saules, trembles et épicéas), témoignant d'une perturbation du fonctionnement hydrologique (abaissement du niveau de la nappe), accélère ce processus d'assèchement. Un dégagement des secteurs périphériques et l'élimination de bosquets de saules pourraient donc être programmés.

 

Commentaires sur la délimitation
Aucune information disponible