Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 430020088
PLAINE DE LA SAÔNE DE BAULAY À CONFLANDEY

(n° régional : 39182008)

Commentaires généraux

Description

 

La vaste plaine alluviale de la Saône représente un territoire bien particulier en raison de son inondabilité. En Haute-Saône, où la dynamique fluviale reste active, la Saône présente un profil caractéristique des rivières de plaine, avec de nombreux méandres serpentant dans un lit majeur étendu. Les crues successives ont façonné le paysage au fil du temps et imposé l’occupation des sols.

 

La plaine entre Baulay et Conflandey constitue encore un complexe fonctionnel bien typique. En amont de la confluence avec la Lanterne, ce vaste espace en rive gauche de la Saône englobe les prairies inondables les mieux conservées ainsi que des forêts humides, un réseau assez dense de fossés et de ruisselets et quelques plans d’eau.

 

Ce territoire étendu, constitué de prairies fauchées très peu morcelées par des cultures, revêt un intérêt ornithologique majeur : le courlis cendré s’y reproduit régulièrement. Une communauté intéressante de petits passereaux fréquente ces milieux herbacés ponctués d'arbres isolés, de haies et de buissons elle comprend le pipit farlouse, le tarier des prés et surtout la pie-grièche à tête rousse, très menacée. Historiquement, le plus important effectif régional de râle des genêts, l’un des oiseaux les plus vulnérables en Europe, était localisé dans ce secteur. Le peuplement d’amphibiens se démarque avec la présence de la grenouille agile. Le cortège de libellules, assez diversifié, comprend l’agrion de Mercure, protégé en France, ainsi que le gomphe vulgaire. Plusieurs chauves-souris vulnérables (grand-murin, sérotine commune, minioptère de Schreibers), qui se reproduisent à proximité, viennent chasser dans ces prairies. Enfin, des dépressions longuement inondables, un fossé et un bras de la Saône (la Noue Rouge et les Prés Raucourt) constituent des frayères à brochet potentielles.

 

La composition floristique des prairies reflète leur degré d’inondabilité et leur mode d’exploitation, les formes fauchées (majoritaires sur le site) étant les plus riches, comme l'association à fromental et colchique sur sol sableux ou le groupement longuement inondable à œnanthe fistuleuse et stellaire des marais. Cette zone recèle une flore typique, comprenant notamment plusieurs espèces protégées en France ou dans la région : gratiole officinale, stellaire des marais, butome en ombelle, stratiotès faux-aloès, laîche faux-souchet, hottonie des marais, mais aussi vulpin de Rendle. Les bois Lejus, des Vernayes et les 120 Faux, de type ormaie-frênaie, constituent des reliques des forêts alluviales des grands fleuves ; ces biotopes accueillent le pic cendré et le milan royal lors de la nidification.

 

STATUT DE PROTECTION

 

La zone est incluse dans le site Natura 2000 « Vallée de la Saône » et un secteur fait partie de la Réserve Naturelle Régionale de la Noue Rouge. En outre, elle héberge des espèces inscrites dans les arrêtés ministériels des 20/01/82, 8/12/88, 22/06/92, 23/04/07, 19/11/07 et 29/10/09, ce qui confère indirectement un statut de protection au milieu : la législation interdit en effet de porter atteinte aux espèces et aux milieux qui les supportent.

 

OBJECTIFS DE PRESERVATION

 

Ce vaste ensemble de zones humides joue le rôle d’un espace tampon dans la plaine alluviale, assurant des fonctions d’amélioration de la qualité de l’eau (filtration physique des matières en suspension et auto-épuration des eaux de surface), de régulation du débit (champ d’expansion des crues et soutien en période d’étiage) et de limitation de l’érosion.

 

La gestion traditionnelle (fauche et pâturage extensif) a contribué à créer une mosaïque d’habitats semi-naturels riches et diversifiés. La préservation durable de cette zone est liée au bon fonctionnement hydrologique et à l’intégrité des milieux, objectifs s’intégrant dans le cadre plus général du Contrat de Vallée Inondable. Il convient donc de conserver :

 

- la fonctionnalité des systèmes latéraux (pas de drainage ni de remblaiement) ;

- les prairies inondables (trop souvent converties en cultures ou peupleraies) et la végétation riveraine ;

- les pratiques agricoles extensives.

Commentaires sur la délimitation
Aucune information disponible