Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 430020498
BOCAGE SUR LE MONT

(n° régional : 46484033)

Commentaires généraux

DESCRIPTION

 

Au sein du massif jurassien, la Combe d'Ain constitue une région naturelle particulièrement diversifiée. Deux entités majeures peuvent être distinguées. La première est représentée par la vallée de l'Ain, qui traverse, selon une orientation nord-sud, des paysages au relief calcaire tourmenté, marqués par une influence méridionale croissante. L'autre composante correspond à la région des lacs, dont l'origine glaciaire a permis le développement de grandes plaines marécageuses ponctuées de diverses formes de reliefs. Des plis accentués aux pentes boisées marquent également ce paysage, auxquels s'ajoutent de hautes falaises et des barres rocheuses.

 

Dans la partie méridionale, au sud-ouest de Barésia-sur-l’Ain, un vaste ensemble s’étend au lieu-dit Sur le Mont. Sur ce plateau surplombant le lac de Vouglans, des pelouses rases alternent avec des systèmes prairiaux mésophiles plus denses. Le tout est parcouru par un réseau de haies bien développé, formant ainsi une mosaïque de milieux très intéressante. Des forêts claires dans lesquelles s'insinuent de nombreuses poches ouvertes s’étendent en périphérie. Plusieurs facteurs conditionnent l’installation de groupements de pelouses sur ce site : sols superficiels à squelettiques, réserves en eau limitées, relative pauvreté en éléments nutritifs, ensoleillement important. Différentes associations se répartissent sur le site, notamment selon l’épaisseur du sol et l’usage (fauche, pâturage ou absence d’entretien). Les conditions contraignantes entraînent la sélection d’une flore diversifiée, riche en éléments d’affinité méditerranéenne, comprenant une espèce protégée dans la région. L’évolution de ces milieux tend vers une colonisation par la forêt, ce qui se traduit par la présence de divers stades d’enfrichement : densification du couvert graminéen (dominance du brachypode penné et formation d’une litière épaisse), ourlets thermophiles, buissons, faciès préforestiers.

 

Ces habitats diversifiés, structurés de façon hétérogène, sont favorables à l’accueil d’une faune typique. En particulier, la richesse en papillons diurnes est intéressante avec 27 espèces dénombrées. L’azuré de la croisette et la bacchante, tous deux protégés et menacés d'extinction en France, font partie des espèces les plus remarquables. Toutefois, les effectifs de l'azuré demeurent faibles. Par contre, la population de bacchante est plus dynamique, en lien avec la bonne représentation de ses habitats de prédilection (lisières chaudes avec une strate herbacée haute). Enfin, les hespéries de la mauve et du faux buis, ainsi que le fadet de la mélique, sont liés à des milieux herbacés secs et ras.

 

STATUT DE PROTECTION

 

Aucune protection de l'espace n'a été mise en place en dehors des dispositions de la loi Littoral qui s'appliquent au lac de Vouglans. En revanche, la présence d’espèces protégées confère indirectement un statut de protection au milieu : la législation interdit en effet de porter atteinte aux espèces et aux milieux qui les supportent (arrêtés ministériels des 22/06/92 et 23/04/07).

 

OBJECTIFS DE PRESERVATION

 

D’une manière générale, les pelouses subissent une régression alarmante et ces milieux semi-naturels deviennent relictuels. Sur ce site, les pratiques agricoles extensives actuelles (pâturage et production de fourrage) sont favorables au maintien des habitats. Plusieurs mesures de gestion complémentaires peuvent être préconisées, en vue de la préservation des espèces remarquables :

- recourir à des fauches tardives, afin de permettre aux chenilles d’achever leur cycle de développement ;

- éviter toute fertilisation, qui entraînerait une banalisation de la flore ;

- instaurer un pâturage, même irrégulier, dans les enclaves actuellement abandonnées au sud du site ;

-entretenir les lisières et les haies de façon à obtenir une structure hétérogène.

 

Outre l’intérêt propre qu’elle présente, cette zone fait partie intégrante d’un réseau favorable à des échanges entre populations d’espèces calcicoles et thermophiles à l’échelle de la Combe d’Ain et joue à ce titre un rôle de corridor écologique.

Commentaires sur la délimitation
Aucune information disponible