Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 820031377
Vallons des environs de Vaugneray

(n° régional : 69100003)

Commentaires généraux

Ces vallons présentent une grande diversité d'habitats :- secteurs de polyculture le plus souvent extensives,- boisements mixtes sur versant nord,- versants secs exposés au sud,- friches plus ou moins rocailleuses... Ce paysage est caractéristique des proches monts du Lyonnais ; il est devenu rare dans l'ouest lyonnais. Au moins soixante-dix huit espèces d'oiseaux ont été recensées, dont cinquante et une au moins avec une reproduction régulière. Citons dans le désordre, quatre espèces de pics dont le Pic noir, six de mésanges, cinq de fauvettes, dont la Fauvette grisette. Le Circaète Jean-le-Blanc fréquente les versants ouverts avec d'autres rapaces (busards cendré et Saint-Marin), sans qu'on puisse affirmer à ce jour qu'ils soient nicheurs sur ce territoire. De même, on n'observe pas moins de vingt-quatre espèces de mammifères sauvages. Parmi les reptiles et amphibiens, les prospections restent à faire : la Salamandre tachetée, le Crapaud commun, le Crapaud accoucheur, la Couleuvre verte et jaune, la Couleuvre à collier ont seuls été notés pour l'instant. Quant au peuple des insectes qu'on sait très diversifié, il attend encore l'arrivée d'un spécialiste…Mais là aussi, c'est une foule d'espèces belles et faciles à observer : des papillons comme le Moiré des fétuques, le Flambé et le Machaon, le Petit Sylvain ou le Sylvain azuré, des vanesses comme la Belle-Dame, le Vulcain, le Paon-du-jour, et tant d'autres ! Sur les fleurs d'églantiers ou de sureaux, se pressent les cétoines resplendissantes ou le Petit Capricorne, autre cérambycidé encore commun. S'agissant des milieux, si les secteurs boisés comportent encore beaucoup de vieux châtaigniers propices à la Chouette hulotte, c'est surtout les versants exposés au sud, particulièrement les secteurs dominant le CD 50, qui va de Vaugneray au col de Malval, qui retiendront l'attention. Peu après le hameau du Rousseau, on remarque d'importantes zones de friches. Elles constituent ce qu'on appelait dans les années 70 les "landes de Vaugneray", milieu jugé alors remarquable pour le département du Rhône. Il s'agit d'un versant très sec, où affleurent de nombreux escarpements granitiques dans lesquels on peut voir briller les larges cristaux du mica de la pegmatite. Avec les années, ces landes se sont considérablement refermées, envahies par les ronces, les aubépines et des essences ligneuses comme les frênes ou les alisiers. La faune des milieux ouverts, bruants, Pie-grièche écorcheur, Linotte, Pouillot de Bonelli, bien que toujours présente, a considérablement régressé. Mais des découvertes restent possibles, comme celle de l'Engoulevent d'Europe probablement présent dans ce biotope.

Commentaires sur la délimitation
Aucune information disponible