Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 820031393
Prairies des Echirayes et de la Roche

(n° régional : 69150001)

Commentaires généraux

Cette vaste zone peu vallonnée et homogène est située au sud du plateau mornantais, dans l'ouest lyonnais. Elle est donc partie intégrante du site rhodanien le plus riche en oiseaux nicheurs, puisque sur ce plateau environ 140 espèces se reproduisent. Elle se caractérise par une mosaïque de milieux naturels composés essentiellement de landes à Callune et à Genêt à balais insérées dans un large espace agricole où alternent terres labourées et prairies pâturées. Certaine d'entre-elles sont temporairement humides. L'ensemble des formations végétales se développe sur des sables granitiques grossiers, plus ou moins profonds et limoneux. Elle accueille une diversité d'espèces importantes aussi bien en matière d'amphibiens que d'oiseaux. L'existence de différentes mares fonctionnant en réseau aux lieux dits La Pyramide, La Roche, La Joannes, Echirates et Le Vernay, la Jarantonnière, d'origine et d'aspect différents, favorise une richesse élevée en batraciens. La plupart d'entre-elles résultent soit de l'émergence de la nappe phréatique, soit de l'accumulation des eaux de surfaces dans d'anciennes carrières granitiques de taille variable. Elles abritent le Crapaud accoucheur, le Pélodyte ponctué, le Crapaud calamite dont la présence est remarquable. Parmi les oiseaux, l'intérêt naturaliste local est lié à la diversité d'un paysage agricole aux traits bocagers autour d'un bâti dispersé, au sud du plateau mornantais. Des populations plus ou moins abondantes de Bruant proyer, de Caille des blés, d'Engoulevent d'Europe fréquentent assidûment les landes de la Pyramide. L'Oedicnème criard peut être observé un peu partout ici. Discrets, plusieurs couples de Busard cendré (le plus svelte des busards gris) survolent le secteur du Haut-Plan. Ils apprécient pour nicher les prairies de fauche et les vastes parcelles de céréales ou de colza. Le Courlis cendré arrive dès le mois de février, et le Vanneau huppé est une espèce présente aussi bien pendant la période de reproduction, qu'en période hivernale. En cette saison, plusieurs centaines d'oiseaux stationnent sur le secteur. La Bécassine des marais peut être contactée au passage dans les prairies humides ou à proximité des mares. Plusieurs couples de Chouette chevêche (ou Chevêche d'Athéna) ainsi que de Moyen-duc font entendre leurs chants respectifs dès la fin de l'hiverCette liste est complétée par la présence d'espèces inféodées au système de polyculture-élevage, comme le Moineau friquet et à un moindre degré le Pigeon colombin. Enfin, s'agissant des mammifères, cette zone abrite une population de Lièvre d'Europe de bonne densité et un petit carnivore peu commun, appréciant les milieux frais et humides, le Putois d'Europe.

Commentaires sur la délimitation
Aucune information disponible