Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 820032262
Monts des Michels

(n° régional : 69000031)

Commentaires généraux
Aucune information disponible
Commentaires sur la délimitation

Les reliefs arrondis caractérisant le Haut-Beaujolais en limite nord du Rhône, véritables petits monts, font obstacle aux nuages. L’humidité et les précipitations y sont élevées. La forêt y est bien développée. Il s’agit généralement d’une hêtraie-sapinière, considérée par certains comme la "reine de la forêt". Le taux de boisement est très élevé sur des sols sablo-limoneux peu profonds, parfois plus grossiers, généralement acides, issus de la dégradation de la roche-mère granitique. La forêt se développe d’autant plus facilement que l’on se trouve ici en limite des étages collinéens et montagnards, au-delà de 600 m d’altitude. L’exploitation forestière, activité très développée dans le Haut-Beaujolais, est d'ailleurs la principale activité locale. La zone délimitée s’étend à l’est du hameau des Michels, au sud-est du village de Saint Igny-de-Vers. Il s’agit d’un ensemble uniforme de trois monts complètement boisé. Cette forêt typique du Haut-Beaujolais est en grande partie composée de Sapin pectiné. Ca et là, dispersés dans cette forêt se développent des bosquets de hêtraie pure avec quelques "fayards" de belle taille. En d’autres endroits, les hêtres sont plus disséminés. On observe alors boisement mélangé, garant d'une richesse faunistique élevée. L’ensemble présente un aspect de mosaïque forestière assez unique dans le département. Des cris sonores et puissants s’élèvent du bosquet de hêtres ; variés et profonds, ils attirent l’attention même à longue distance. Dès le mois de mars, le Pic noir égrène ses chants posés ou en vol. On le remarque aussi à son tambourinage bruyant et prolongé contre le tronc d’un sapin ou d’un hêtre. Plus discrète est la Bécasse des bois, y compris au moment de la croule, pendant laquelle elle survole son territoire, avant de s’y reproduire. Elle apprécie particulièrement les sous-bois de la hêtraie, son plumage mimétique avec la litière peu dégradée garantit sa discrétion et la pérennité de sa couvée. La présence du Grimpereau des bois atteste de l’aspect montagnard des lieux. Le Faucon hobereau apprécie les bordures de ce grand massif forestier. Les possibilités de nidification qui lui sont offertes sont immenses et il possède suffisamment de ressources pour aller chercher des proies dans les milieux naturels ouverts qu’il affectionne. Il privilégie pour cela les clairières, qu’occupent dès son arrivée, dans le courant du mois de mai, un insectivore nocturne, à affinités méridionales marquées, l’Engoulevent d’Europe. Son chant, véritable "roulade" sonore et puissante surprend dans un milieu aussi boisé. Sous nos pieds un mouvement assez vif surprend. Un lézard de belle taille détale puis s’arrête sous un buisson. Sa coloration gris brun rougeâtre et surtout la longueur disproportionnée de la queue par rapport à son corps permettent l’identification du Lézard des souches, proche de sa limite méridionale de répartition. Sa prédilection pour les lisières entre forêt et landes explique qu’on ne le trouve dans le massif que dans les clairières ou sur les bordures de chemin des versants bien exposés. La particularité de cette zone naturelle est liée à la fois à sa configuration et à sa localisation géographique. Elle accueille des espèces continentales à tendance montagnarde, mais aussi des espèces à affinités méridionales. Elle fait ainsi fonction de carrefour, ce qui contribue, avec la diversité des boisements, à son intérêt à l'échelle du département.