Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 820032456
MASSIF DES BOIS NOIRS

(n° régional : 4206)

Commentaires généraux

Ce petit massif situé en limite des départements du Puy de Dôme, de l'Allier et de la Loire bénéficie d’une bonne connaissance de la part des botanistes, qui l’ont prospecté depuis fort longtemps.

Il est couvert aux neufs dixièmes de forêts montagnardes, appartenant essentiellement au cortège floristique de la hêtraie-sapinière.

Certaines plantes à répartition atlantique (et à ce titre exceptionnelles en région Rhône-Alpes) atteignent ici les limites orientales de leur aire de répartition (Wahlenbergie à feuilles de lierre…).

L'avifaune est, elle-aussi, caractéristique des forêts montagnardes, avec des avant-postes de quelques espèces à l’inverse fort rares à l’ouest du Rhône (Gélinotte des bois, Merle à plastron…).

Un deuxième type de milieux naturels présente un intérêt exceptionnel pour le botaniste. Il s'agit de bois de bouleaux à sphaignes et de tourbières, particulièrement nombreuses dans ce massif très arrosé. La majeure partie d'entre elles sont réparties dans les vallées de la Bresbe et de l'Etui, et autour du Puy de Montoncel. Mais de nombreuses clairières, et certaines sources diffuses présentent de petites formations turficoles beaucoup moins bien prospectées.

Leur flore est très intéressante (Airelle à petit fruit et Canneberge, Andromède à feuille de polium, Rhynchospore blanc…).

Ces tourbières sont répertoriées parmi les principales zones humides du bassin hydrographique Loire-Bretagne.

Le troisième milieu est lié à l'exploitation agricole, il est surtout constitué de pâturages et de prairies de fauche. Ces formations ouvertes sont limitées aux vallées ; elles présentent moins d'originalité, mais permettent à quelques espèces d'oiseaux de milieux ouverts de coloniser le massif.

Le zonage de type II souligne les multiples interactions existant au sein de cet ensemble, dont les espaces les plus représentatifs en terme d’habitats ou d’espèces remarquables sont retranscrits par plusieurs zones de type I (tourbières surtout, formant un réseau cohérent fortement interdépendant sur le plan fonctionnel, mais aussi landes et forêts).

Il traduit également particulièrement les fonctionnalités naturelles liées à la préservation des populations animales ou végétales, en tant que zone d’alimentation ou de reproduction pour de nombreuses espèces, dont celles précédemment citées.

Il met l’accent sur les connections à ménager avec d’autres massifs limitrophes (Monts de la Madeleine et Forez…).

L’ensemble présente par ailleurs un intérêt biogéographique (espèces en limite d’aire de répartition) et paysager.

Commentaires sur la délimitation
Aucune information disponible