Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 930012738
MONTAGNE DE GACHE - DÉFILÉ DE PIERRRE ECRITE - ROCHER DE DROMONT - LE GRAND ADROIT

(n° régional : 04108100)

Commentaires généraux

Description

Localisé dans la partie nord-ouest du département des Alpes-de-Haute-Provence, sur les communes d’Entrepierres, de Saint-Geniez, de Sisteron, de Valavoire, de Valernes, d’Authon et de Chateaufort, le site est établi au nord-est de la ville de Sisteron. Il correspond à un ensemble de montagnes basses englobant le défilé de Pierre Ecrite.

Le substrat géologique est constitué principalement de terrains sédimentaires associant des terrains marneux, marno-calcaires et calcaires.

Positionnée dans la zone biogéographique des Préalpes-de-Haute-Provence, le site est soumis à un climat de moyenne montagne aux nettes influences supra-méditerranéennes.

Etendu approximativement entre 500 m et 1 400 m d’altitude, le site est inclus dans les étages de végétation montagnard et supra-méditerranéen.

Sa végétation est constituée d’une mosaïque de formations ouvertes associant des pelouses, des garrigues et des landes plus ou moins rocailleuses, des éboulis et des cultures avec des formations forestières, représentées selon l’altitude et l’exposition par la chênaie pubescente, d’importants reboisements de Pin noir (Pinus nigra), la pinède sylvestre ou la hêtraie mésophile. La présence de hautes falaises calcaires permet la présence d’une flore chasmophytique.

Milieux remarquables

Trois habitats déterminants sont présents : les hêtraies neutrophiles méridionales des Alpes du sud à Trochiscanthe à fleurs nues (Trochiscanthes nodiflora) [all. phyto. Fagion sylvaticae – Asso. phyto. Trochiscantho-fagetum (41.17)], les hêtraies calcicoles méridionales à Andosace de Chaix (Androsace chaixii) (41.1752) et les boisements de feuillus mixtes des pentes et ravins ombragés et frais sur éboulis [all. phyto. Tilion platyphylli (41.4)].

Trois autres habitats remarquables sont également représentés sur le site et comprennent les formations végétales des rochers et falaises calcaires [all. phyto. Potentillion caulescentis et Violo biflorae-Cystopteridion fragilis (62.15)], les prairies mésophiles de fauche, de plaine et de moyenne altitude, à Fromental (Arrhenatherum elatius) [all. phyto. Arrhenatherion elatioris (38.22)] et les bas-marais alcalins à Laîche de Davall (Carex davalliana) [all. phyto. Caricion davallianae (54.23)].

Le site compte de plus un autre habitat d’intérêt patrimonial marqué composé des prairies sèches méso-xérophiles à Brome dressé (Bromus erectus) [all. phyto. Mesobromion erecti (34.3265)].

Les autres habitats typiques ou représentatifs du site comprennent : les éboulis thermophiles à Calamagrostis argenté (Achnatherum calamagrostis) [all. phyto. Stipion calamagrostis (61.3)], les garrigues supra-méditerranéennes à Thym (Thymus vulgaris) [all. phyto. Helianthemo italici-Aphyllanthion monspeliensis (32.63)], les landes supra-méditerranéennes et oro-méditerranéennes à Genêt cendré (Genista cinerea) et Lavande à feuilles étroites (Lavandula angustifolia) [all. phyto. Lavandulo angustifoliae-Genistion cinereae (32.61 et 32.62)], les boisements thermophiles et supra-méditerranéens de Chêne pubescent (Quercus humilis) [all. phyto. Quercion pubescenti-sessiliflorae (41.711)] et les pinèdes sylvestres sèches supra-méditerranéennes [all. phyto. Cephalanthero rubrae-Pinion sylvestris (42.59)].

Flore

Le site comprend douze espèces végétales déterminantes, dont deux sont protégées au niveau national : l’Inule variable (Inula bifrons), composée à fleurs jaunes des lisières et broussailles sèches et l’Ancolie de Bertoloni (Aquilegia bertolonii), superbe renonculacée endémique liguro-provençale et cinq sont protégées au niveau régional : l’Holostée en ombelle hérissée (Holosteum umbellatum subsp. hirsutum), petite caryophyllacée endémique des Préalpes provençales inféodées aux plages terreuses d'annuelles de pelouses xériques, la Gesse de Vénétie (Lathyrus venetus), fabacée découverte récemment en France continentale, connue aujourd'hui des seuls pourtours de la montagne de Lure, où elle occupe les chênaies fraîches et hêtraies, la Clandestine écailleuse (Lathraea squamaria), rare orobanchacée parasite des boisements de feuillus, le Cotonéaster du Dauphiné (Cotoneaster delphinensis) et la Dauphinelle fendue (Delphinium fissum), rare renonculacée des rocailles et éboulis xériques. Le Buplèvre de Toulon (Bupleurum ranunculoides subsp. telonense), le Doronic à feuilles cordées (Doronicum pardalianches), la Gagée de Burnat (Gagea reverchonii), gagée inféodée aux crêtes essentiellement des Préalpes du Verdon, la Potentille inclinée (Potentilla inclinata) et le Cotonéaster intermédiaire (Cotoneaster x intermedius) sont les cinq autres espèces végétales déterminantes de ce site.

Par ailleurs, trois espèces végétales remarquables sont à noter : deux espèces protégées au niveau national : la Gagée des prés (Gagea pratensis), rare liliacée des pelouses sèches et la Gagée des champs (Gagea villosa) et une autre protégée au niveau régional : la Violette de Jordan (Viola jordanii).

Faune

Le patrimoine faunistique du site offre un intérêt biologique élevé, car il compte vingt trois espèces animales patrimoniales, dont cinq sont déterminantes.

Les oiseaux nicheurs sont représentés par un cortège tout à fait digne d’intérêt avec des espèces comme l’Aigle royal (Aquila chrysaetos), le Busard cendré (Circus pygargus), rapace remarquable d’affinité steppique méditerranéenne, des milieux ouverts à végétation herbacée plutôt dense et recouvrante, le Circaète Jean le blanc (Circaetus gallicus), la Caille des blés (Coturnix coturnix), le Torcol fourmilier (Jynx torquilla), la Pie grièche écorcheur (Lanius collurio), la Fauvette orphée (Sylvia hortensis), la Fauvette grisette (Sylvia communis), le Monticole de roche (Monticola saxatilis), la Huppe fasciée (Upupa epops), le Crave à bec rouge (Pyrrhocorax pyrrhocorax), nicheur remarquable peu fréquent, inféodé aux alpages où il vient s’alimenter situés à proximité de falaises où il niche, le Bruant proyer (Emberiza calandra), le Bruant fou (Emberiza cia), et le Bruant ortolan (Emeberiza hortulana).

Quant aux invertébrés patrimoniaux, ils comprennent trois coléoptères et six lépidoptères. Concernant les premiers citons le Pique-prune ou Osmoderme (Osmoderma eremita), espèce déterminante de coléoptère de la famille des cétoines (Cetoniidés), rare et en régression, inféodée aux cavités volumineuses pleines d’humus dans les vieux arbres, le taupin Megathous nigerrimus, espèce déterminante de la famille des Elatéridés, endémique franco italienne en limite d’aire en région Provence Alpes Côte d’Azur, à répartition restreinte et localisée, et la Rosalie des Alpes (Rosalia alpina), espèce remarquable de la famille des longicornes (Cerambycidés), protégée au niveau européen, inféodée au bois sénescent de vieux arbres feuillus, surtout les hêtres.

Chez les lépidoptères, il s’agit du Moiré provençal (Erebia epistygne), espèce méditerranéo-montagnarde dont l’aire de répartition ibéro-provençale est morcelée et restreinte, inféodée aux pelouses sèches à Fétuque cendrée Festuca cinerea, de l'Hermite (Chazara briseis), lépidoptère en forte régression, lié aux milieux très ouverts et secs où croissent ses plantes-hôtes, plusieurs graminées (fétuques et brachypodes),

du Semi-apollon (Parnassius mnemosyne), espèce déterminante protégée au niveau européen, d'affinité montagnarde et liée à la présence de corydales, qui fréquente les pelouses rases sur les crêtes et en lisière forestière, surtout entre 1000 et 2000 mètres d’altitude, de l’Apollon (Parnassius apollo), espèce remarquable protégée au niveau européen, habitant les rocailles, pelouses et éboulis entre 500 et 2500 m d’altitude, de la Diane (Zerynthia polyxena), espèce méditerranéeo-asiatique, protégée au niveau européen, localement inféodée à Aristolochia pistolochia et parfois Aristolochia pallida, dans les chênaies claires et pentes rocailleuses bien exposées jusqu’à 1300 m d’altitude, et de la Proserpine (Zerynthia rumina), espèce ouest-méditerranéenne protégée en France, dont la chenille vit sur l’Aristoloche pistoloche (Aristolochia pistolochia), qui fréquente les pentes sèches, éboulis et coteaux pierreux, chauds et ensoleillés jusqu’à 1100 m d’altitude.

Fonctionnalité/Liens éventuels avec d’autres ZNIEFF

Cette ZNIEFF de type 2 englobe la ZNIEFF de type 1 suivante : «04_108_146 - Défilé de Pierre Ecrite et crêtes du Vanson».

Commentaires sur la délimitation

La délimitation du site concerne un système de crêtes d’altitude moyenne et englobe un complexe d’habitats et de populations d’espèces à forte valeur patrimoniale. Le positionnement de ses limites est établi au mieux sur des repères visuels marqués et sur des éléments topographiques ou géographiques importants : ruptures de pentes, talwegs, crêtes secondaires, réseau routier local, dessertes, lisières, etc.