ZNIEFF 930020074
PLATEAU ET ZONES HUMIDES DU CHAMP DU SERRE ET DES TRESSERRES

(n° régional : 05100180)

Commentaires généraux

Description

Etabli dans la partie centrale du département des Hautes-Alpes, au nord-est de la ville de Gap, dans le Champsaur, ce petit site de 104 hectares est localisé au nord-ouest de la plaine agricole d’Ancelle, au nord du hameau de Saint-Hilaire.

Les alluvions fluviatiles et glaciaires d’âge Quaternaire, surmontant les fameuses Terres noires ou marnes de l’Oxfordien, formant des terrasses et plateaux cultivables sont les principales composantes géologiques du site.

Situé dans le Champsaur vallée largement ouverte vers l’ouest, le site est sous influences climatiques de la zone nord dauphinoise aux affinités atlantiques marquées.

Réparti entre 1300m et 1380m d’altitude, il est entièrement compris dans l’étage de végétation montagnard.

Le paysage de ce territoire rural, encore bien marqué par l’agriculture, est composé par un réseau bocager assez bien conservé, alternant avec des prairies de fauche, des cultures et des pelouses pâturées. Au sein de cet ensemble se remarque un très beau complexe de zones humides.

Milieux remarquables

L’ensemble des formations végétales liées aux zones humides, milieux de plus en plus rares et souvent dégradés, forme un complexe très intéressant pour permettre l’épanouissement d’une faune et d’une flore caractéristiques, et peu communes dans le département des Hautes-Alpes. Deux groupements végétaux de milieux aquatiques ressortent en priorité : ce sont les formations amphibies des rives exondées, des lacs, étangs et mares (22.3) et la végétation aquatique, flottante ou submergée, liée aux eaux mésotrophes (22.4). Les formations végétales herbacées hautes comme les prairies humides oligotrophes [all. phyto. Molinion caeruleae (37.3)] et les prairies humides hautes à Reine des près (Filipendula ulmaria) et formations végétales associées [all. phyto. Thalictro flavi-Filipendulion ulmariae (37.1)] sont également des habitats importants du site. De plus apparaissent disséminées sur le site de belles magnocariçaies de Laîche élevée (Carex elata) [all. phyto. Magnocaricion elatae (53.21)] et des roselières à Roseau phragmite (Phragmites australis) [all. phyto. Phragmition communis (53.1)]. Il nous faut enfin signaler l’existence de formations à hautes herbes des franges humides méso-nitrophiles à Liseron des haies (Convolvulus sepium) [all. phyto. Convolvulion sepium (37.7)] et mentionner l’existence de formations végétales de sources (54.1)], groupements végétaux ponctuels à forte valeur patrimoniale.

Flore

Le site comprend six espèces végétales déterminantes dont une protégée au niveau national : la Laîche de Buxbaum (Carex buxbaumii). Trois autres espèces déterminantes sont protégées en Provence-Alpes-Côte d’Azur : l'Ophioglosse commun (Ophioglossum vulgatum), le Gnaphale des lieux humides (Gnaphalium uliginosum) et la Petite violette (Viola pumila), rarissime violette des marécages. La Véronique à écus (Veronica scutellata) et la Renoncule flammette (Ranunculus flammula) sont les autres espèces déterminantes signalées dans ce site.

Faune

Ce site possède un patrimoine faunistique d’un intérêt assez élevé. On y dénombre dix-huit espèces animales patrimoniales, dont deux sont déterminantes.

Ce plateau est en particulier une zone de migration intéressante pour l’avifaune. Les oiseaux nicheurs sont quant à eux représentés par plusieurs espèces d’intérêt patrimonial : Caille des blés (Coturnix coturnix), Chevêche d’Athéna (Athene noctua), Huppe fasciée (Upupa epops), Torcol fourmilier (Jynx torquilla), Pie-grièche écorcheur (Lanius collurio), Monticole de roche (Monticola saxatilis), Fauvette grisette (Sylvia communis), Alouette lulu (Lullula arborea), Bruant proyer (Emberiza calandra). L’herpétofaune locale patrimoniale est représentée par le Pélodyte ponctué (Pelodytes punctatus), le Triton alpestre (Ichthyosaura alpestris), espèce déterminante d’affinité montagnarde, localement en régression, et le Sonneur à ventre jaune (Bombina variegata), espèce déterminante à effectifs faibles et vulnérable, en déclin, d’affinité médio européenne et montagnarde, affectionnant les petits points d’eau peu profonds mais dont la présence n’a pas été confirmée récemment.

L’entomofaune est représentée par la Laineuse du prunellier (Eriogaster catax), espèce européenne remarquable, de la famille des bombyx (Lasiocampidés), protégée au niveau européen, globalement rare, sensible aux pesticides, inféodée à divers habitats pré-forestiers tels que les lisières forestières, bocages et friches, l’Hermite (Chazara briseis), lépidoptère Nymphalidés Satyrinés en forte régression, lié aux milieux très ouverts et secs où croissent ses plantes-hôtes, plusieurs graminées (fétuques et brachypodes), l’Apollon (Parnassius apollo), espèce remarquable relicte de l’ère tertiaire, protégée au niveau européen, habitant les rocailles, pelouses et éboulis à Crassulacées et Saxifragacées entre 500 et 2500 m d’altitude, le Leste dyade (Lestes dryas), odonate remarquable vivant à proximité des eaux stagnantes, le Criquet ensanglanté (Stethophyma grossum), espèce remarquable d'orthoptère d'affinité eurosibérienne, en forte régression en dehors des Alpes, strictement liée aux prairies très humides et surfaces marécageuses, le Criquet marginé (Chorthippus albomarginatus), espèce remarquable d'orthoptère fréquentant les parairies mésohygrophiles à hygrophiles.

Fonctionnalité/Liens éventuels avec d’autres ZNIEFF

Cette ZNIEFF de type 1 n’est pas incluse dans une ZNIEFF de type 2.

Un des principaux enjeux pour ce site consiste en la conservation, voire la restauration des habitats d’espèces végétales et animales liées aux zones humides. De plus il faut veiller à conserver la fonction de corridors biologique de l’ensemble du réseau de haies présent sur le site.

Commentaires sur la délimitation

L’existence du site résulte de la présence d’un complexe de zones humides et de leur espace interstitiel associé, comprenant prairies et bocages, établis au niveau d’un petit plateau. Cet espace est délimité en particulier par le réseau routier local et par des éléments topographiques ou géographiques notables, tels que les ruptures de pente brusques et les lisières forestières.