Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 930020342
CANYON DE L'ARTUBY

(n° régional : 04100187)

Commentaires généraux

Description

Localisé sur la bordure sud du département des Alpes de Haute Provence, en limite du département du Var, au sud ouest de la petite ville de Castellane, le site est établi sur la commune de Rougon. Ce petit site s'étend à l'extrémité nord des Gorges de l'Artuby. Il est essentiellement compris sur la rive gauche de l'Artuby et est caractérisé par la présence de falaises abruptes surmontées de pentes escarpées.

D’origine sédimentaire, le substrat géologique du site est relativement homogène. Il est principalement constitué par les strates sédimentaires de calcaires blancs massifs du Portlandien (Jurassique), à l’origine de puissantes falaises. Celles ci sont bordées à l’est et à l’ouest de calcaires et marnes vertes du Crétacé.

Du point de vue climatique, le site est soumis à un climat de moyenne montagne nettement marqué par les influences supra méditerranéennes à l’origine d’un ensoleillement important et d’une sécheresse estivale accusée.

Etendu entre 700 m et 800 m d'altitude, le site s'inscrit dans les étages de végétation supra méditerranéen et montagnard inférieur.

Constituée de pentes raides et de falaises abruptes, plus ou moins délitées, le site est caractérisé par des formations végétales chasmophytiques des parois rocheuses, des vires herbeuses et des faciès d'embroussaillement. En partie amont au contact du plateau apparaissent les garrigues à Buis (Buxus sempervirens) et des boisements de Chêne vert (Quercus ilex).

Milieux remarquables

Le site compte quatre habitats déterminants : les formations végétales des rochers et falaises calcaires ensoleillées liguro apennines à Saxifrage à feuilles en languettes (Saxifraga callosa) et Raiponce de Villars (Phyteuma villarsii) [all. phyto. Saxifragion lingulatae (62.13)], les entrées de grottes et les balmes thermophiles à annuelles [asso. phyto. Anthrisco caucalidis Asperugetum procumbentis et Sedetum alsiniaefoliae) (65)], milieux très ponctuels constitués surtout par une végétation de petites plantes à cycle végétatif bref, dont de nombreuses espèces à forte valeur patrimoniale et en particulier des plantes xérothermophiles relictuelles, les sources pétrifiantes d’eau dure, qui engendrent des concrétions de tuf [all. phyto. Riccardio pinguis Eucladion verticillati et Adiantion capilli veneris (54.12)], les boisements de feuillus mixtes des pentes et ravins ombragés et frais sur éboulis [all. phyto. Tilion platyphylli et Tilio platyphylli Acerion pseudoplatani (41.4)].

Plusieurs autres habitats remarquables ou représentatifs sont également présents avec les formations végétales des rochers et falaises calcaires [all. phyto. Potentillion caulescentis et Violo biflorae Cystopteridion fragilis (62.15)], les pelouses pionnières calcicoles écorchées sur dalles rocheuses calcaires à Orpins (Sedum pl. sp.) et Joubarbes (Sempervivum pl. sp.) [all. phyto. Alysso alyssoidis Sedion albi (34.1)] et les éboulis thermophiles à Calamagrostis argenté (Achnatherum calamagrostis) [all. phyto. Stipion calamagrostis (61.3)].

Flore

Ce site se prolongeait initialement dans le Var où sont citées 4 espèces déterminantes. La topographie de cette ZNIEFF rendant assez difficile sa prospection, ces 4 espèces n’y sont à ce jour pas connues mais leur présence est hautement probable compte tenue de la similitude des milieux rencontrés avec ceux de la partie varoise.

Trois de ces espèces sont protégées au niveau national : la Doradille du Verdon (Asplenium jahandiezii), petite fougère endémique de la région du Verdon caractéristique des surplombs des parois calcaires humides et ombragées, la Raiponce de Villars (Phyteuma villarsii) et la Sabline de Provence (Moehringia intermedia), également endémiques des Préalpes du Verdon où elles occupent les parois calcaires ombragées. Une est protégée en région Provence-Alpes-Côte d’Azur : l'Orpin à odeur suave (Sedum fragrans), crassulacée inféodée aux balmes et grottes calcaires.

Faune

Cinq espèces animales patrimoniales, dont deux déterminantes, habitent ou habitaient récemment ce canyon.

Citons ainsi le Loup (Canis lupus), l’Aigle royal (Aquila chrysaetos), autrefois nicheur sur le site, le Pigeon colombin (Columba oenas), la Pie grièche écorcheur (Lanius collurio), et le rare Criquet hérisson (Prionotropis hystrix azami), espèce déterminante d’Orthoptères Pamphagidés, endémique de quelques pelouses, steppes et rocailles xérothermiques de Provence. La présence de cette dernière espèce se limite aux milieux steppiques en rive gauche du Verdon.

Fonctionnalité/Liens éventuels avec d’autres ZNIEFF

Cette ZNIEFF de type 1 n’est pas incluse dans une ZNIEFF de type 2.

Elle complète et prolonge une ZNIEFF de type 1 qui englobe la partie varoise du canyon de l’Artuby.

La fréquentation touristique importante liée à la présence du belvédère de La Mescla, facilement accessible par la route des crêtes en rive gauche peut avoir des conséquences directes sur la flore, la faune et ses habitats (cueillette, piétinement du sol et des plantes, pollution visuelle et sonore liée aux nombreux passages et aux détritus abandonnés sur place).

Commentaires sur la délimitation

Ce petit site établi à l’extrémité nord du canyon de l’Artuby, jouxte et complète une ZNIEFF établie sur le département du Var, qui englobe l’essentiel de cette profonde gorge. Ses limites s’appuient sur le pourtour départemental et la route qui borde le plateau.