• English Version
Logos SINP Logos ONB

Aythya ferina (Linnaeus, 1758)

Fuligule milouin ( Français )

Common Pochard (English)

(Chordata, Aves, Anseriformes)

Informations générales

Longueur 42-49 cm, envergure 72-82 cm, poids 650-1 200 g.

Il habite les plans d’eau douce riches en nourriture animale et en plantes submergées. Ses plongées basses lui font préférer des eaux libres de végétation flottante sur plusieurs hectares. Le Fuligule milouin se nourrit surtout de graines et autres parties végétales, ainsi que de petits animaux aquatiques.

Il est fortement grégaire durant toute l’année, se rassemblant notamment en troupes de plusieurs milliers d’individus lors de la mue postnuptiale et de l’hivernage. Bien que la formation des couples puisse débuter en hiver, la plupart se fait au printemps. La majorité des couples se sépare pendant la 1ère ou la 2e semaine d’incubation. Il arrive toutefois que des mâles accompagnent les femelles et leur nichée jusque début juillet. Certains jeunes quittent le groupe familial avant l’envol, se joignant alors fréquemment à une autre femelle ou une autre nichée. En général, il semble que la femelle abandonne ses jeunes lorsque la mue des ailes est imminente.

Le nid est au sol, dans un couvert dense à proximité de l’eau (normalement à moins de 10 m). Il peut être construit aussi au-dessus de l’eau, dans des roseaux ou des joncs. Il est fait de feuilles et de roseaux, puis garni de duvet. La ponte de 8 à 10 œufs en moyenne est déposée à partir du mois de mai. L’incubation dure 24-28 jours et les jeunes sont volants à l’âge de 50-55 jours.

Spanneut, L. (Ecosphère, Service du Patrimoine Naturel.), 2008

Fiche 1 : Aythya ferina (Linnaeus, 1758)

Citation de cette fiche : Pascal M., Vigne J.-D. & Clergeau P., 2003. Le Fuligule milouin : Aythya ferina (Linné, 1758). Pages 192-193, in : Évolution holocène de la faune de Vertébrés de France : invasions et disparitions (M.Pascal, O. Lorvelec, J.-D. Vigne, P. Keith & P. Clergeau, coordonnateurs), Institut National de la Recherche Agronomique, Centre National de la Recherche Scientifique, Muséum National d'Histoire Naturelle (381 pages). Rapport au Ministère de l'Écologie et du Développement Durable (Direction de la Nature et des Paysages), Paris, France. Version définitive du 10 juillet 2003.
Le Fuligule milouin
L'aire de reproduction du Fuligule milouin, espèce paléarctique, couvre l'Asie centrale et l'Europe centrale et du nord (Del Hoyo et al., 1992).

Sa présence est attestée dans plusieurs sites archéologiques du Pléistocène supérieur et du Tardiglaciaire, notamment en France du Sud (Mourer-Chauviré, 1975 ; Vilette, 1983). Vansteenwegen (1998) la dit présente en Europe occidentale vers 2000 avant J.-C. et Vilette (1983) l'a identifié dans deux sites de la Montagne Noire datés du Mésolithique (Préboréal) et de l'Âge du Bronze.

Ces mentions ne constituent cependant pas des preuves de la reproduction locale de l'espèce à ces époques. D'ailleurs, elle n'est pas recensée dans les assemblages archéozoologiques des périodes historiques pourtant souvent riches en oiseaux d'eau (Audoin-Rouzeau, 1993) et ce n'est qu'à partir de la fin du 19ème siècle qu'est documenté l'actuel accroissement de son aire de reproduction depuis l'Europe du Nord-Est vers l'Europe de l'Ouest (Voous, 1960).

Mayaud (1936) est le premier à signaler sa reproduction en France, dans la Dombes et le Forez, entre 1920 et 1930. Depuis, son aire de reproduction a progressé pour atteindre la Sologne dans le milieu des années 1950, l'Île-de-France en 1952, l'Indre et Loire en 1960, les Ardennes et la Brenne en 1961, l'Aisne en 1963, l'Orne en 1964, l'Ille-et-Vilaine en 1967, le Finistère en 1972, l'Auvergne en 1975, le Cantal en 1981 (Fouquet & Girard, 1994 ; Dubois et al., 2000). L'effectif de reproducteurs français, estimé compris entre 3000 et 3250 couples en 1989, s'élèverait à 2600-3000 couples en 1994 (Dubois et al., 2000).

Signalé dans des assemblages archéologiques de l'Holocène de France, le Fuligule milouin est compté ici au nombre des espèces qui, ne se reproduisant vraisemblablement pas sur son territoire par le passé, en sont allochtones. Il a envahi récemment plusieurs régions biogéographiques du pays, de façon spontanée selon toute vraisemblance.

L'impact de cet oiseau herbivore sur ses milieux d'accueil n'a pas fait l'objet d'études spécifiques.

Inscrite sur la liste française des oiseaux susceptibles d'être chassés, et à l'annexe III de la Convention de Berne, le Fuligule milouin ne fait pas l'objet de mesures de gestion spécifiques en France (Dubois et al., 2000).

Ressources
Experts
Fiche rédigée par Michel PASCAL
Insitut National de la Recherche Agronomique
Campus de Beaulieu - Avenue du Général Leclerc
35042 Rennes Cedex

Jean-Denis VIGNE
Muséum national d'Histoire naturelle
Anatomie Comparée
55 rue Buffon
75005 Paris

Philippe CLERGEAU
Muséum National d'Histoire Naturelle
Conservation des espèces
57 rue Cuvier
75005 Paris
Bibliographie

Audoin-Rouzeau F., 1993. Hommes et animaux en Europe. Corpus de données archéozoologiques et historiques. Paris, CNRS.

Del Hoyo J., Elliot A. & Sargatal J. (Edits.), 1992. Handbook of the Birds of the World. Vol. 1. Lynx Edicions, Barcelona : 696 pp.

Dubois Ph.J., Le Maréchal P., Olioso G. & Yésou P., 2000. Inventaire des Oiseaux de France. Avifaune de la France métropolitaine. Nathan, Paris, F : 397 pp.

Fouquet M. & Girard O., 1994. Fuligule milouin. In : Nouvel atlas des oiseaux nicheurs de France. 1985-1989 (Yeatman-Berthelot D. & Jarry G. eds). Société Ornithologique de France, Paris : 144-147.

Mayaud N., 1936. Inventaire des oiseaux de France. Société d'Études Ornithologiques, Blot éditeur, Paris : 211 pp.

Mourer-Chauviré C., 1975. Les oiseaux du Pléistocène moyen et supérieur de France. Thèse d'État Université Claude Bernard, Lyon, n° 75-14.

Vansteenwegen C., 1998. L'histoire des oiseaux de France, Suisse et Belgique. Delachaux & Niestlé, Neuchâtel : 336 pp.

Vilette P., 1983. Avifaunes du Pléistocène final et de l'Holocène dans le sud de la France et en Catalogne. Laboratoire de Préhistoire Paléthnologique, Atacina, Carcassonne, F, 11 : 190 pp.

Voous K.H., 1960. Atlas of European birds. Elsevier, Amsterdam, NL : 284 pp.

Téléchargements et liens externes

Anonyme (à paraître). Cahiers d'habitats Natura 2000. Connaissance et gestion des habitats et des espèces d'intérêt communautaire. Cahiers Oiseaux (version provisoire de 2008), Ministère en charge de l'écologie - MNHN.

Anonyme (à paraître). Cahiers d'habitats Natura 2000. Cahiers Oiseaux - Bibliographie générale, 4 pages - (version provisoire de 2008), Ministère en charge de l'écologie - MNHN.

Lien vers Google

Lien vers Google Scholar

Lien vers Google Images