Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

Actualités

Diffusion des données de l’enquête sur la Laineuse du prunellier menée par l'OPIE

Parution : 22 avril 2014 Catégorie : Inventaires d'espèces

Eriogaster catax (Linnaeus, 1758), la Laineuse du prunellier, est un Lépidoptère Hétérocère (papillon dit "de nuit") appartenant à la famille des Lasiocampidae. Elle doit son nom de "Laineuse" à sa ponte recouverte de soies faisant penser à une touffe de laine laissée par un mammifère (mouton, chèvre...).

En effet, ce papillon de nuit considéré comme menacé dans plusieurs pays de l'ouest de l'Europe, est protégé en France et bénéficie du statut d'espèce d'intérêt communautaire vis à vis de la Directive européenne « Habitat-Faune-Flore ». Or, les données sur la répartition française de cette espèce demeurent insuffisantes et il reste beaucoup à apprendre sur son mode de vie.

C’est pourquoi en 2011, l’Opie et le MNHN ont choisi de lancer ce nouveau programme mobilisant un large public de lépidoptéristes amateurs et professionnels pour renseigner l’évaluation de cette espèce. Même si l’étude des papillons de nuit demeure une activité de spécialiste : un large public peut participer à la détection des chenilles au printemps. Ainsi, grâce à cette enquête collaborative, 5 départements supplémentaires auront fait l’objet d’une nouvelle mention pour l’espèce…

Une clé de détermination photographique d'Eriogaster catax pour reconnaitre les chenilles vous est disponible sur le site de l'OPIE.

L’espèce se distribue de l’Europe – du Nord de l’Espagne et de la France jusqu’aux Balkans – à l’Oural et au Proche-Orient. En France, elle est surtout présente dans plusieurs départements de la moitié sud-est mais demeure toujours relativement localisée.
Ce papillon de couleur fauve à beige, présente une tâche blanche cernée de noir au milieu des ailes antérieures, en face supérieure. Chez cette espèce il existe un dimorphisme (dichromie) entre mâles et femelles.
La période de vol des adultes s’étale entre septembre et novembre selon les années et régions. Les heures propices se situent entre la fin du crépuscule et la 2ème heure de nuit noire. Ses milieux de prédilection sont les milieux calcicoles et/ou thermophiles, abrités du vent. On rencontre cette espèce dans les haies, les buissons, les lisières forestières bien exposées, les bois ouverts et clairières avec une strate arbustive importante avec notamment de l’Aubépine et/ou du Prunellier, nourritures des chenilles.

L’INPN diffuse à présent les données de l’enquête Laineuse du prunellier transmises par l’OPIE.

Crédits photos : Daniel INGREMEAU et Lucas BALITEAU

Consulter l'inventaire "Enquête Laineuse du prunellier"
Consulter la fiche "Laineuse du prunellier"
Consulter résultat de l'enquête