Logos SINP

Actualités

Diffusion des données des collections d’échinodermes du Muséum national d’Histoire naturelle

Parution : 13 janvier 2017 Catégorie : Inventaires d'espèces

Les données de la collection d’échinodermes de France métropolitaine et ultramarine du MNHN sont désormais diffusées par l’INPN et dans le cadre du SINP (Système d’Information sur la Nature et les Paysages). Ces données sont issues d’INVMAR, la base de données du Service des Collections des Invertébrés non-arthropodes terrestres.

La collection d’échinodermes du Muséum est principalement une collection scientifique. Les premiers à l’avoir mise en place sont des scientifiques comme Jean-Baptiste de Lamarck, Henri-Marie Ducrotay de Blainville ou encore Alcide d'Orbigny. Elle n’a cessé de croître depuis sa création et s’est considérablement enrichie ces dernières décennies grâce aux campagnes océanographiques récentes.
Cette collection, qui s’avère exceptionnelle par sa diversité et son importance, est consultée par de nombreux scientifiques. Les spécimens y sont conservés en alcool ou à sec et leur nombre est estimé à 500 000. Depuis 2009, tout le nouveau matériel intégré à la collection (37 654 lots à ce jour) a été informatisé. Actuellement, seul un fichier papier est accessible sur place pour le reste de la collection.

Ainsi, ce sont 4 044 occurrences d’échinodermes, réparties sur 463 taxons, qui viennent s’ajouter au jeu données de l’INPN. Elles apportent des données sur la présence de 181 espèces supplémentaires.

La Nouvelle-Calédonie représente à elle seule 3 028 occurrences, soit près de 75% du jeu de données diffusé, réparties sur espèces, dont 116 espèces nouvellement signalées. Ce territoire, considéré comme l’un des « points chauds » de la biodiversité marine mondiale, a en effet été très étudié par les scientifiques du Muséum et constitue une part très importante des collections récentes.

En savoir plus :
Consulter les données sur l'INPN
Découvrir les collections du Muséum

Crédits photos : MNHN - Marie Hennion – 2014, projet RECOLNAT, Neogymnocrinus richeri (Bourseau, Améziane-Cominardi & Roux, 1987) ; Ophiophycis guillei Vadon, 1991.