Logos SINP
Parnassius corybas Fischer de Waldheim, 1823

Petit apollon ( Français )

Small Apollo (Anglais)

(Arthropoda, Hexapoda, Lepidoptera)

Informations générales

Le Petit Apollon est une espèce de papillon que l’on rencontre en montagne. Sa répartition actuelle comporte plusieurs aires disjointes en Eurasie et en Alaska. En Europe, l’espèce est présente dans les Alpes et l’Oural. Les études récentes ont montrées que les populations alpines se sont séparées des autres récemment il y a environs 30 000 ans, juste avant le dernier maximum de la dernière glaciation (Todisco et al. , 2012). En France, on observe deux sous-espèces différentes :Parnassius corybas sacerdos Stichel, 1906 et Parnassius corybas gazeli Praviel, 1936. Ces deux sous-espèces sont probablement liées à deux zones refuges différentes au niveau des Alpes pendant le dernier maximum glaciaire (Descimon, 1995). La sous-espèce gazeli est endémique du massif du Mercantour. 

Le Petit Apollon est un papillon avec une envergure de 6 à 8cm lorsque les ailes sont déployées. On le reconnait notamment grâce à sa taille et à ses antennes cerclées de blanc et de noir. La sous-espèce sacerdos possède une tache noire caractéristique pupillée de rouge sur le bord costal des ailes antérieures. La sous-espèce gazeli n’a pas cette tache caractéristique. On peut confondre le Petit Apollon avec l’Apollon, beaucoup plus commun dans les Alpes. Chez ce dernier, la taille est plus grande et les antennes sont cerclées de gris et de blanc. 

La sous-espèce sacerdos se rencontre entre 1300 et 2600 m d’altitude dans les zones proches de torrents, de lacs, de sources ou de suintements (Lafranchis, 2000). Les chenilles vivent sur le Saxifrage cilié (Saxifraga aizoides L., 1753), plante typique des milieux ripicoles des étages subalpins et alpins. La sous-espèce gazeli se rencontre dans des milieux très différents. Les chenilles vivent sur l’Orpin rose (Rhodiola rosea L., 1753) qui est une plante caractéristique des parois, des dalles ou des éboulis siliceux. Les adultes sont très souvent observés se réchauffant au soleil posés sur une pierre, ou recherchant du nectar sur des fleurs. 

Références : 
Descimon, H. 1995. La conservation des Parnassius en France : aspects zoogéographiques, écologiques, démographiques et génétique. Rapports d'études de l'OPIE, Volume 1, 54 pp. 

Lafranchis, T. 2000. Les Papillons de jour de France, Belgique et Luxembourg et leurs chenilles. Collection Parthénope, Méze (France), 448 pp. 

Todisco, V., Gratton, P., Zakharov, E. V., Wheat, C. W., Sbordoni, V. & Sperling, F. a. H. 2012. Mitochondrial phylogeography of the Holarctic Parnassius phoebus complex supports a recent refugial model for alpine butterflies. Journal of Biogeography, 39 : 1058–1072.

P. Dupont (UMS 2006 Patrimoine Naturel (AFB / CNRS / MNHN)), 2013

Téléchargements et liens externes

Lien vers Google

Lien vers Google Scholar

Lien vers Google Images