Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages
Zodarion italicum (Canestrini, 1868)

Zodarion italien ( Français )

(Arthropoda, Arachnida, Araneae)

Informations générales

Distribution mondiale

Europe excepté septentrionale

Caractères distinctifs, espèces

Taille - femelle : 2-4 mm, mâle : 2-3 mm.

Seules deux filières sont bien visibles chez les espèces de la famille des Zodariidés et le genre Zodarion est facile à caractériser par ses yeux médians antérieurs beaucoup plus grands que tous les autres qui sont alignés latéralement. Il y a dix-neuf espèces de Zodarion répertoriées en France. Leur distinction nécessite l’observation des pièces génitales et n’est pas toujours facile.

Milieux colonisés

L’espèce colonise des milieux ensoleillés, chauds et secs présentant au moins partiellement un sol nu : friches, pelouses ouvertes, pierrailles, berges de rivières, jardins, …

Chasse

L’espèce, comme toutes celles du genre, est spécialisée dans la capture unique de fourmis de différentes espèces. Après avoir perçu sa proie, l’araignée s’en approche doucement, la teste des pattes antérieures, la mord à une patte et s’écarte très rapidement. La fourmi est particulièrement excitée et agressive mais la paralysie la gagne en quelques minutes. L’araignée qui était restée à une distance de sécurité s’approche à nouveau de sa proie, teste son inactivité puis l’emporte pour la manger. Elle vide la proie de son contenu en l’aspirant pendant quelques heures, laissant une cuticule en apparence intacte. Elle chasse le jour mais est plus active le soir pendant les journées les plus chaudes. Les Zodarions ne tissent pas de fils de déplacement. Ils tissent par contre une retraite circulaire, sous des pierres, en goutte pendante, formée de soie recouverte d’éléments du milieu (graviers, morceaux de végétaux, …).

Développement, cycle

Les adultes sont présents d’avril à septembre avec un maximum de mai à juillet. Le cycle est annuel. La femelle pond dans la retraite un cocon de 10 à 20 œufs, enfermé dans un sac de soie. Elle le garde jusqu’à la sortie des jeunes.

A. Canard (Université de Rennes/Service du Patrimoine Naturel, MNHN), 2014

Téléchargements et liens externes

Lien vers Google

Lien vers Google Scholar

Lien vers Google Images