Logos SINP
Nuctenea umbratica (Clerck, 1758)

Épeire des fissures ( Français )

(Arthropoda, Arachnida, Araneae)

Informations générales

Distribution mondiale

toute l’Europe, Afrique du Nord

Caractères distinctifs, espèces

Taille - femelle : 12-16 mm, mâle : 7-10 mm.

C’est une épeire de grande taille dont le corps est fortement aplati dorso-ventralement. La couleur générale est brun sombre, avec un dessin médian triangulaire aux bords festonnés plus foncés que les bords de l’abdomen. Les attaches des muscles dorso-ventraux de l’abdomen sont bien visibles. Ils forment 3 paires de dépressions circulaires. La face ventrale de l’abdomen présente deux taches blanches. Il existe une espèce proche ( N. corticalis), plus unicolore, endémique de Corse.

Milieux colonisés

Elle colonise des milieux très divers qui disposent de supports élevés (arbres souvent morts, piquets, poteaux, …) et des cachettes diurnes possibles (écorces, fentes de piquets, bordures de toits, …).

Chasse

Elle tisse sa toile à proximité d’un site où elle peut se cacher. Il lui suffit d’une fissure de quelques millimètres pour qu’elle puisse y glisser son corps assez plat. La toile est assez grande (40-50cm), le point de convergence des rayons est nettement situé en haut de la toile, les spires sont assez espacées. Elle sort la nuit pour reconstruire sa toile et se tient au centre de son piège jusqu’au matin. Le jour, elle reste dans son repaire, souvent avec une patte posée sur un des fils supports. Il lui arrive de réagir à une capture diurne et de venir emmailloter puis emmener la proie. Elle capture différents types d’insectes volants dont des papillons nocturnes. En cas de danger, elle se laisse tomber au sol et reste longtemps en immobilisation réflexe.

Développement, cycle

Les adultes sont visibles toute l’année, les mâles sont nettement plus abondants en été. Le cycle est principalement annuel. La période d’accouplement a lieu en fin d’été mais les femelles ne pondent qu’après l’hiver. Plusieurs cocons seront pondus jusqu’au début de l’été, chacun d’une centaine d’œufs.

A. Canard (Université de Rennes/Service du Patrimoine Naturel, MNHN), 2014

Téléchargements et liens externes

Lien vers Google

Lien vers Google Scholar

Lien vers Google Images