Aelurillus v-insignitus (Clerck, 1758)

Saltique marqué ( Français )

(Arthropoda, Arachnida, Araneae)

Informations générales

Distribution mondiale

Europe Moyen-Orient

Caractères distinctifs, espèces

Taille - femelle : 5-7 mm, mâle : 4-5 mm.

L’organisation oculaire est caractéristique des araignées-sauteuses, avec une ligne de quatre gros yeux antérieurs orientés vers l’avant, de quatre petits yeux orientés pour deux vers les côtés et deux vers l’arrière. La femelle et les jeunes ont un corps, recouvert d’une pubescence formant des taches brun clair à brun foncé plus ou moins organisées en ligne sur le dos de l’abdomen. Le mâle est noirâtre avec une bordure latérale céphalothoracique et une bande médiane abdominale claire. Il possède à l’avant du céphalothorax une double tache jaunâtre en forme de v renversé, d’où son nom latin. Son nom commun vient aussi de cette marque frontale en forme de « v », très visible chez le mâle, moins chez la femelle.

Milieux colonisés

L’espèce est présente au sol dans les milieux ouverts : terrains sablonneux, rochers, pelouses rases.

Chasse

Ces saltiques sont actifs au soleil dans des milieux où la température peut dépasser 50°. Ils chassent les insectes qui fréquentent ces milieux tels les criquets dont ils capturent des individus souvent plus gros qu’eux. Ils passent leur période d’inactivité journalière dans une loge de soie, souvent tissée dans des anfractuosités de rochers. Le jour, ils restent dans la loge lorsqu’il pleut ou que le temps n’est pas favorable à la chasse.

Développement, cycle

Les adultes sont présents dès le début du printemps, les femelles sont présentes jusqu’à l’automne. Le cycle est annuel. La danse nuptiale du mâle est assez spectaculaire. Un mâle, qui a débuté une danse devant une femelle, ne semble pas être gêné par une approche humaine mais réagit très vite si un autre mâle se présente. La ponte, gardée dans une loge de soie par la femelle, comprend une quarantaine d’œufs. Sortis du cocon, les jeunes restent peu de temps avec la femelle puis se dispersent.

A. Canard (Université de Rennes/Service du Patrimoine Naturel, MNHN), 2014

Téléchargements et liens externes

Lien vers Google

Lien vers Google Scholar

Lien vers Google Images