Espèce

cd_nom

Fiche descriptive

Taille :

3 – 6 mm

Diagnose :

Petit longicorne, c’est le plus petit des Pogonocherus, au corps ovale, ses élytres, à l’apex arrondis, arborent des bandes claires et foncés peu contrastées, ponctués sur toute leur surface.

Détermination : 

délicate.

Espèces proches :

Elle se distingue des autres Pogonocherus par la partie postérieure de ses élytres parcimonieusement couvert de poils longs et dressés, par ses protubérances latérales moins proéminentes ; et le quatrième article des antennes plus fortement arqué.

Période d’observation :

Les adultes nocturnes sont actifs toute l’année, mais surtout en août et septembre.

Biologie-éthologie :

La larve se développe dans les branchettes de sapin principalement, mais aussi de pin, d’épicéa voire de feuillus (chêne, châtaignier).

Biogéographie et écologie :

Espèce répandue en Europe occidentale, jusqu’aux États Baltes. En France, espèce relativement rare mais largement répartie, pouvant être localement abondante.

 D’après :
- Berger, P. 2012. Coléoptères Cerambycidae de la faune de France continentale et de Corse - Actualisation de l'ouvrage d'André Villiers, 1978. Revue de l’Association Roussillonnaise d’Entomologie, supplément tome XXI, 664 p.
- Touroult, J., Cima, V., Bouyon, H., Hanot, C., Horellou, A., Brustel, H., 2019 – Longicornes de France Atlas préliminaire (Coleoptera : Cerambycidae & Vesperidae). Supplément au bulletin d’ACOREP – France, Paris. 176 p.

Lionel Valladares((UMR INRA / INPT 1201 Dynafor), 2021

Domaines et territoires