Espèce

cd_nom

Fiche descriptive

Taille : 14 mm

Diagnose :
Corps allongé, assez mou, à tête noire, thorax rouge et élytres bleu sombre.

Détermination : moyennement facile.

Espèces proches :
Pourrait être confondu avec Cantharis pellucida Fabricius, 1792

Période d’observation :
L’adulte est actif essentiellement de mai à juillet.

Biologie-éthologie :
Phryganophilus ruficollis se développe dans le bois carié de nombreux arbres feuillus (Quercus, Ulmus, Betula, Fagus, Acer, Alnus), mais également dans l’épicéa, préférentiellement dans des bois anciennement parcourus par le feu. La larve, mycétophage, évolue sous les écorces dégradées ou à l’intérieur du bois très carié (carie blanche humide et souple) tandis que les adultes se cachent sur ou proche des troncs favorables, dans les fentes de bois, sous l’écorce et sur la partie inférieure des sporophores de polypores. Son cycle de développement est de 2 à 3 ans.

Biogéographie et écologie :
Cette espèce est distribuée sur une très large aire paléarctique jusqu'au Japon. C’est une espèce extrêmement rare, caractéristique de forêts subnaturelles humides, feuillues ou mixtes, très riche en bois mort. En France, il n'existe qu'une seule donnée ancienne, dans la Drôme. Sa présence reste à confirmer.

D’après :
Brustel, H. & Gouix, N. 2012. La chasse aux mythes. Petite contribution cryptoentomologique sur les Coléoptères de la directive Habitats à rechercher en France.
Le Coléoptériste, 15(1) : 26-37.

L. Valladares (EIPurpan (UMR INRA / INPT 1201 Dynafor)), 2019

Fiches descriptives

Brustel H. & Gouix N. 2012. La chasse aux mythes. Petite contribution cryptoentomologique sur les Coléoptères de la directive Habitats à rechercher en France. Le Coléoptériste, 15(1) : 26-37.

Domaines et territoires