Acrosternum heegeri Fieber, 1861

(Arthropoda, Insecta, Hemiptera)

Informations générales

Taille : 9 – 13 mm

Diagnose :
Punaise globalement vert clair. Partie membraneuse des ailes transparente. Bords des cories (exocories) de la même couleur que le reste de la corie. Articles antennaires III, IV et V, de couleur rougeâtre et contrastée par rapport aux I et II. Bord antérieur du scutellum sans points noirs ni taches blanches, mais avec 2 petites taches blanches face à face sur les bords de l’extrémité du scutellum. Abdomen vert visible à travers la membrane.

Détermination : Moyennement difficile.

Espèces proches :
L’absence d’une grande tache claire sur l’apex du scutellum permet de la distinguer des punaises vertes des genres
Brachynema et Chlorochroa. L’absence de points noirs aux angles antéro-latéraux du scutellum la distingue de Nezara et la ponctuation homogène des cories, de Piezodorus. Les Palomena ont une membrane foncée. Elle se distingue d’Acrosternum millierei par l’apex contrasté de ses antennes, une tête plus allongée et une plus grande taille.

Période d’observation :
Toute l’année, avec un pic principal en août et un autre en juin.

Biologie-éthologie :
Elle pique les fruits et baies d’arbres, arbustes et lianes à baies méditerranéens : cyprès, genévriers, chênes, pistachiers, lierres, clématites, nerpruns, arbousiers, ronces. Elle occasionne des dégâts aux cultures de pistaches en Iran. Elle est attirée par la lumière en été et devient brunâtre en hiver.

Biogéographie et écologie :
Espèce méditerranéenne, assez commune dans le bassin méditerranéen, en Asie centrale jusque dans le Caucase, en Afrique du Nord et tropicale. Elle vit dans les milieux chauds et secs, rocailleux : garrigues et maquis, friches rudérales, pelouses steppiques, jardins, arrières-dunes. Elle est plus rare hors de la région méditerranéenne.

Roland Lupoli (), 2020

Téléchargements et liens externes

Lien vers Google

Lien vers Google Scholar

Lien vers Google Images