Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

Coccinella magnifica Redtenbacher, 1843

Scarce Seven-spot Ladybird (Anglais)

(Arthropoda, Hexapoda, Coleoptera)

Informations générales

Taille :

5-8 mm.

Diagnose :

Corps noir, les élytres rouges avec six taches noires plus ou moins larges, et une tache scutellaire noire et blanche, en cœur inversé, à la base du thorax.

Facilité d’identification :

Délicate.

Espèces proches :

Cette espèce est presque jumelle de la Coccinelle à 7 points (Coccinella septempunctata Linnaeus, 1758 ). Elle n’en diffère que par des critères ténus, comme la convexité des élytres. La Coccinelle à 5 points (Coccinella quinquepunctata Linnaeus, 1758) n’a que deux points de moins, mais certaines formes peuvent avoir le même nombre de points, et cela s’avère vrai pour toutes les espèces françaises du genre Coccinella. Ceratomegilla undecimnotata (Schneider, 1792), ne s’en distingue que par des lignes fémorales absentes.

Biologie-ethologie :

Les adultes, comme les larves, se nourrissent de pucerons. On les rencontre sur les plantes infestées, d’abord colonisées par les adultes (qui se déplacent en volant), qui finissent par s’y reproduire et y pondre. Les larves viennent alors compléter l’activité de prédation. La particularité de cette espèce est de ne pas être chassée par les fourmis du genre Formica (grosses espèces formant des dômes de végétaux secs). On connait mal l’interaction entre la fourmi et Coccinella magnifica, mais cette dernière ne se trouve jamais loin des fourmilières en dôme.

Biogéographie :

L’espèce est connue de presque toute la France, mais est plutôt localisée et peu commune. Cela est probablement dû à la régression des fourmis à dôme du genre Formica.

D'après: Iablokoff-Khnzorian, S.M. 1982. Les Coccinelles (Coléoptères Coccinelidae Coccinelinae). N. Boubée, Paris. 565 pp.

A. Horellou (UMS 2006 Patrimoine Naturel (AFB / CNRS / MNHN)), 2015

Téléchargements et liens externes

Lien vers Google

Lien vers Google Scholar

Lien vers Google Images