Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages
Eupithecia extraversaria Herrich-Schäffer, 1852

Eupithécie à tirets (L') ( Français )

(Arthropoda, Hexapoda, Lepidoptera)

Informations générales

Taille/poids :

Envergure : 16 - 20 mm.

Diagnose :

La couleur de fond des ailes est ocre avec une teinte grisâtre ainsi qu'une suffusion d'écailles sombres plus dense sur la côte et le bord ; franges délimitées par une ligne discontinue. Recto de l'aile antérieure généralement traversé par de fines lignes, basale, post-basale, discale et post-discale sombres et bien marquées au niveau de la côte ; tache discale noire et allongée donnant souvent l'impression d'être intégrée à la ligne discale ; ligne marginale claire, sinueuse et souvent discrète. Dessus de l'aile postérieure relativement uniforme, dont les lignes transversales sont le plus souvent faiblement marquées au même titre que la tache discale en forme de trait.

Détermination :

L'adulte est assez difficile de détermination.

Espèces proches :

En France métropolitaine, elle peut être confondue avec d'autres espèces d'Eupithecia. Le recours aux pièces génitales est parfois nécessaire pour valider la détermination.

Période d’observation :

Les adultes s'observent de mai à septembre.

Biologie-éthologie :

Cette espèce a une à deux générations par an selon la latitude et l'altitude. Les imagos ont une activité nocturne. Polyphage, la chenille se nourrit des fleurs d'Apiaceae, surtout Pimpinella saxifraga, P. major, Daucus carota, Angelica sylvestris, Oreoselinum nigrum, etc. C'est au stade de chrysalide que l'espèce hiverne, parfois pendant deux ans.

Biogéographique et écologie :

Ouest-paléarctique, son aire de répartition s'étire du Maroc en passant par la péninsule ibérique, puis de l’est de la France, l’Italie, l’Europe centrale jusqu’à l’Oural, la Transcaucasie et le nord de l’Iran, avec une préférence pour les territoires montagneux. Elle fréquente les éboulis, les pelouses rases, les praires et les friches fleuries thermophiles. Elle s'observe de l'étage collinéen à subalpin, sa limite étant vers 2300 mètres d'altitude dans les Pyrénées.

D'après :

Mironov V., 2003. The Geometrid Moths of Europe, Larentiinae II (Perizomini and Eupitheciini). Apollo Books éditeur, Stenstrup (DK), volume 4, 764 pp.

Y. Baillet (Flavia APE), 2018

Téléchargements et liens externes

Lien vers Google

Lien vers Google Scholar

Lien vers Google Images