Logos SINP
Tyria jacobaeae (Linnaeus, 1758)

Goutte-de-sang , Carmin (Le) ( Français )

Cinnabar (Anglais)

(Arthropoda, Hexapoda, Lepidoptera)

Informations générales

Taille/poids :

Envergure : 32 - 43 mm.

Diagnose :

La couleur de fond du corps et du recto des ailes antérieures est gris-noir ; sur ces dernières, un trait large de couleur rouge s'étire le long de la côte et du bord interne ; l'aire marginale est ponctuée par deux taches rouges plus ou moins arrondies. Le dessus des ailes postérieures est rouge avec des franges et la côte gris-noir.

Détermination :

L'identification de l'espèce est très facile.

Espèces proches :

La Goutte-de-sang est caractéristique et ne peut être confondue avec aucune autre espèce de la faune lépidoptérique du paléarctique.

Période d’observation :

L'imago s'observe selon les localités, de fin mai à août.

Biologie-éthologie :

Cette espèce a une génération par an. L'adulte a une activité plutôt diurne, mais il peut être aussi actif de nuit. L'hivernage se fait au stade de chrysalide. La ponte se fait par petites plaques sur la face inférieure de la feuille de la plante hôte. Ainsi, il n'est pas rare d'observer plusieurs chenilles sur la même plante. Les chenilles ont la particularité d'être rayées transversalement de noir et de jaune. Chez cette espèce, ces couleurs aposématiques (jaune puis rouge) sont présentes afin de prévenir de sa toxicité induite par l'absorption des alcaloïdes pyrrolizidiniques produits par la plante hôte.  Elle se développe essentiellement sur des plantes du genre Senecio spp., mais aussi sur Tussilago farfara  et Petasites spp.

Biogéographique et écologie :

Eurosibérienne, elle est notée dans toute l'Europe excepté des régions boréales, puis dans l'ouest et le centre de l'Asie jusqu’au massif du Tian Shan et du mont Altaï en Sibérie. Introduite en Amérique du Nord, en Australie et en Nouvelle-Zélande pour lutter contre les Séneçons, plante introduite et devenue envahissante. La Goutte-de-sang s'observe dans de nombreux milieux selon la latitude et l'altitude où elle vit. Elle privilégie les habitats secs et chauds dans les pays du nord et du centre de l'Europe, comme les steppes sableuses et calcaires et les prairies ouvertes, les plateaux rocheux et les pentes, alors que dans le sud on aura tendance à l'observer dans les prairies humides de moyenne montagne. Elle est présente aux étages collinéen et montagnard.

D'après :

Ligue suisse pour la protection de la nature (L.S.P.N.), 2005. Les Papillons et leurs biotopes. Espèces. Dangers qui les menacent. Protection. L.S.P.N. Pro Natura, Bâle, volume 3, 916 pp.
Witt, T.J. & L.Ronkay, 2011: Lymantriinae and Arctiinae - Including Phylogeny and Check List of the Quadrifid Noctuoidea of Europe. Noctuidae Europaeae Volume 13: 1-448.

Y. Baillet (Flavia APE), 2018

Téléchargements et liens externes

Lien vers Google

Lien vers Google Scholar

Lien vers Google Images