Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

Pardosa saltans Töpfer-Hofmann, 2000

Pardose forestière ( Français )

(Arthropoda, Arachnida, Araneae)

Informations générales

Distribution mondiale

Europe surtout atlantique

Caractères distinctifs, espèces

Taille - femelle : 5-6 mm, mâle : 4-5 mm.

L’organisation oculaire est caractéristique des araignées-loups. La couleur générale de la femelle et des jeunes est brunâtre, le mâle adulte est plus contrasté avec une large bande argentée médiane sur toute la longueur du céphalothorax et l’avant de l’abdomen. Le seul genre Pardosa comprend en France métropolitaine une quarantaine d’espèces dont une bonne moitié est très commune et abondante. La distinction des groupes d’espèces peut s’effectuer d’après la coloration du corps et des pattes mais pour identifier les espèces, l’observation des pièces génitales est indispensable. Pardosa saltans est l’espèce la plus commune dans les zones boisées. Elle a été confondue très longtemps (jusqu’à 2000) avec une autre espèce qui est moins forestière : P. lugubris.

Milieux colonisés

L’espèce est très commune au sol, en litière de forêt.

Chasse

Les Pardoses chassent le jour des insectes ou des araignées qu’elles repèrent visuellement. Elles bondissent sur les proies dès qu’elles arrivent à leur portée. Si la victime potentielle est une araignée, l’attaquante la perçoit au premier contact, s’écarte vivement, les pattes antérieures soulevées.

Développement, cycle

Les adultes apparaissent dès le début du printemps, les femelles sont présentes jusqu’à l’automne. Le cycle est annuel. Le mâle effectue, à distance, une danse nuptiale. Les pontes, de 1 à 3, comprennent en moyenne une cinquantaine d’œufs, enfermés dans un cocon constitué de deux hémisphères un peu aplatis reliés entre eux par une bande de soie. Le cocon, lenticulaire, est de couleur beige ou bleutée. Il est porté attaché aux filières de la femelle pendant une quinzaine de jours. Les jeunes montent ensuite sur le dos de la mère, pour quelques jours, puis se dispersent.

A. Canard (Université de Rennes/Service du Patrimoine Naturel, MNHN), 2014

Téléchargements et liens externes

Lien vers Google

Lien vers Google Scholar

Lien vers Google Images