Arvicola sapidus Miller, 1908

Campagnol amphibie, Rat d'eau ( Français )

Southwestern water vole, Southern water vole (Anglais)

(Chordata, Mammalia, Rodentia)

Informations générales

Taille : 16-24 cm plus 10-14 cm pour la queue (adulte).

Poids : 140-300 g.

Diagnose : Le Campagnol amphibie est le plus grand campagnol en France. Le pelage du dos et des flanc est brun tandis que le pelage du ventre est jaunâtre. D'aspect trapu, il a un museau arrondi et ses oreilles émergent peu du pelage. Sa queue est longue (40 % de sa longueur totale) et velue.

Détermination : Délicate, il est difficile à différencier de Arvicola terrestris. Sa taille permet néanmoins de le différencier des autres campagnols.

Espèces proches : Confusion possible avec Arvicola terrestris qui a des moeurs semblables et avec Arvicola sherman qui lui vit dans les prairies et autres milieux non aquatiques.

Période d’observation : Observable toute l'année et toute la journée.

Biologie-ethologie : Le Campagnol amphibie s’accouple d'avril à octobre.La femelle met de 2 à 8 petits par portées. Elle peut avoir au moins 2 portées par an. Herbivore, ce campagnol s’alimente préférentiellement des parties vertes des plantes. Il gîte généralement dans un terrier qu'il creuse dans la berge.

Biogéographique et écologie : Il est présent en France (sauf en Corse et dans le Nord et Nord-est), en Espagne et au Portugal. On le retrouve en milieux aquatiques, sur des rives riches en végétation.

Référence bibliographique : SFEPM. 2012. Le Campagnol amphibie. Un rongeur entre deux eaux. 16 p.
Haffner P. & Savouré-Soubelet A. 2015. Sur la piste des Mammifères sauvages. Coll. L’amateur de la Nature. Dunod, Paris. 208 pp.

A. Savouré-Soubelet (UMS 2006 Patrimoine Naturel (AFB / CNRS / MNHN)), 2016

Téléchargements et liens externes

SORDELLO R. (2012). Synthèse bibliographique sur les traits de vie du Campagnol amphibie (Arvicola sapidus Miller, 1908) relatifs à ses déplacements et à ses besoins de continuités écologiques. Service du patrimoine naturel du Muséum national d’Histoire naturelle. Paris. 10 pages.

Lien vers Google

Lien vers Google Scholar

Lien vers Google Images