Espèce

cd_nom

Fiche descriptive

Cette grande libellule se reconnait par son thorax vert métallique marqué de bandes antéhumérales et latérales jaunes et son abdomen noirâtre avec des taches jaunes médiodorsales. Elle peut se confondre avec les Cordulegaster.

Elle est endémique au sud de la France et à la péninsule Ibérique et y est localisée, rare et peu abondante.

On la rencontre sur les rivières aux eaux calmes et chaudes aux berges boisées, mais elle peut aussi coloniser des réservoirs à niveau d’eau variable et dépourvus de végétation, à des altitudes inférieurs à 500 m.

Malgré sa taille, elle ne s’observe pas facilement. Odonate infatigable, au vol puissant, on l’observe rarement posé, suspendu à la verticale. En matinée, les adultes, présents de fin mai à mi-août (pic de mi-juin à mi-juillet), sont dans les clairières et les lisières ensoleillées et abritées du vent. Ils chassent le long des lisières forestières et au-dessus des prairies.

Les larves, bien reconnaissables à leurs pattes immenses, se tiennent à proximité des rives entre 30 et 150 m de profondeur, à des endroits calmes et ombragés.

La pollution et les aménagements des cours d’eau ainsi que le déboisement, la rectification des berges et l’exploitation des granulats peuvent anéantir les populations.

[D’après Dijkstra K.-D.B., 2007. Guide des Libellules de France et d’Europe. Delachaux et Niestlé SA, Paris, 320 pages.

Grand D., Boudot J.-P., 2006. Les Libellules de France, Belgique et Luxembourg . Biotope, Mèze, (Collection Parthénope), 480 pages.]

Braud J.(), 2014

Fiches descriptives

Bensettiti, F. & Gaudillat, V. 2004. Cahiers d'habitats Natura 2000. Connaissance et gestion des habitats et des espèces d'intérêt communautaire. Tome 7. Espèces animales. La Documentation française. 353 pp.

Domaines et territoires