Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

Chelidonium majus L., 1753

Grande chélidoine, Herbe à la verrue, Éclaire ( Français )

Greater Celandine (Anglais)

(Equisetopsida, Ranunculales)

Informations générales

Diagnose :

Herbacée vivace vert-glauque de 15 à 80 cm. La Chélidoine, ou Herbe-aux-verrues est une plante de la famille des Papavéracées, comme beaucoup des espèces de cette famille, elle produit un latex. Pour la Chélidoine ce latex est de couleur jaune, et est visible lorsqu’on coupe les feuilles ou les tiges. Elle est d’ailleurs reconnue pour ses vertus médicinales, notamment pour soigner les verrues. Les plantes se présentent en touffe et les tiges sont velues. Les feuilles sont segmentées en 5-7 portions ovales, incisées ou lobées, et glauques sur la face inférieure. Les fleurs présentent 4 sépales jaune-vert et de 4 fins pétales jaune d’or, séparés dès la base. La capsule, est subcylindrique et bosselée, et présente 2 valves, se séparant à maturité du bas vers le haut. Elle n’est pas cloisonnée, et ne présente donc qu’une seule loge. Ses fleurs sont hermaphrodites et pollinisées par les insectes. La reproduction peut également se faire par autofécondation. Les graines de la capsule sont dispersées par les fourmis.

Détermination :

Simple. Pas de confusion possible.

Biologie-ethologie :

Observable toute l’année. Floraison de mars à juillet.

Biogéographique et écologie :

Espèce rudérale des décombres et pieds de murs, on peut également rencontrer la Chélidoine en bord de cours d’eau. Cette espèce est présente dans presque toutes les régions du monde (subcosmopolite).

D’après : Tison, J.-M., Jauzein, P. & Michaud, H. 2014. Flore de la France méditerranéenne continentale. Naturalia Publications, 2078 pp.

E. Oulès (UMS 2006 Patrimoine Naturel (AFB / CNRS / MNHN)), 2016

Téléchargements et liens externes

Lien vers Google

Lien vers Google Scholar

Lien vers Google Images