Logos SINP
Tamias sibiricus (Laxmann, 1769)

Tamia de Sibérie, Écureuil de Corée, Rat de Corée, Écureuil japonais ( Français )

Siberian Chipmunks (Anglais)

(Chordata, Mammalia, Rodentia)

Informations générales

Description.

Morphologie : petit écureuil de 100 g [80-127g] à l’âge adulte.
Pelage : dos brun-beige séparé par cinq raies noir ou brun-foncé.
Pas de dimorphisme sexuel.

Biologie.
• Rythme d’activité, comportement : diurne et solitaire ; trouve abri dans un terrier simple, à une entrée, dans lequel il hiberne d’octobre-novembre à février-mars.
• Habitat : strictement forestier, ses habitats sont constitués par des forêts de feuillus et/ou de conifères, des bois et bosquets, des parcs urbains.
• Reproduction : maturité sexuelle à environ 1 an ; gestation de 30 à 31 j ; 1 à 2 portées par an de 3 à 5 jeunes, en avril-mai et juillet-août.
• Longévité : jusqu’à 8 ans en captivité ; 2-3 ans, 6 ans au plus en nature.
• Régime alimentaire : fruits d’arbres (gland, châtaigne, noisette,…) à l’automne ; graines d’herbacées, fruits, insectes en été. Stocke ses réserves dans son terrier, pour la période d’hibernation, et les éparpille dans la litière pendant la période d’activité.

Écologie et distribution.
• Aires d’origine et d’introduction : natif de Sibérie, de l’est de l’Asie (Chine, Péninsule coréenne, Japon). Vendu dans les animaleries en Europe depuis les années 1960. Présent en nature dès les années 1970 en Belgique, Allemagne, Suisse, Italie, aux Pays-Bas et France où 7 populations sont installées (Ile-de-France, Picardie).
• Principaux facteurs de régulation : disponibilité en fruits d’arbres à l’automne (mortalité hivernale durant l’hibernation)  et au printemps (rôle sur la reproduction) ; prédation.
• Ennemis naturels : rapaces diurnes (buses par ex.), petits carnivores (belette), chats et chiens domestiques. Peu de parasites en France ; charges en tiques (Ixodes ricinus) localement importantes.

Interactions avec les activités humaines.
Réservoir des bactéries responsables de la borréliose de Lyme. Rôle important dans la dynamique de cette maladie transmise par les tiques.

Confusion possible.
Espèce proche : le tamia strié (Tamias striatus), absent en France ; l’écureuil rayé de Swinhoe (Tamiops swinhoei), NAC présent en captivité en France.


J.-L. Chapuis & B. Pisanu (MNHN), 2017

Téléchargements et liens externes

Chapuis, J.-L. 2005. Le Tamia de Sibérie (Tamias sibiricus). In: Chapuis, J.-L. [Ed]. Répartition en France d'un animal de compagnie naturalisé, le Tamia de Sibérie (Tamias sibiricus). Revue d’Ecologie (Terre et Vie), 60 : 239-253. 7 pp.

Chapuis J.-L., 2003. Le Tamia de Sibérie : Tamias sibiricus (Laxmann, 1769). In : Pascal, M., Lorvelec, O., Vigne, J.-D., Keith, P. & Clergeau, P. Évolution holocène de la faune de Vertébrés de France : invasions et extinctions. Rapport INRA/CNRS/MNHN : 312-313.

Lien vers Google

Lien vers Google Scholar

Lien vers Google Images