Logos SINP
Salamandra salamandra (Linnaeus, 1758)

Salamandre tachetée (La) ( Français )

Fire Salamander (Anglais)

(Chordata, Amphibia, Urodela)

Informations générales

Taille :

Entre 11 et 21 cm.

Diagnose :

Son aspect général est à la fois allongé et boudiné ; elle possède quatre membres épais terminés par des doigts et orteils non palmés ;  sa queue est cylindrique et arrondie à son extrémité ; la tête, bien distincte du cou, présente en arrière des glandes parotoïdes proéminentes ; la coloration dorsale est constituée d’une base de taches jaune vif (parfois orangées) plus ou moins étendues et nombreuses sur fond noirâtre.

Biologie-éthologie :

Son activité est nocturne et se déroule de février-mars à octobre-novembre, mais peut également avoir lieu en décembre-janvier selon la douceur des températures hivernales. Elle hiverne le reste du temps, seule ou en groupe, dans les mêmes abris que ceux utilisés en période d'activité, à savoir sous des pierres, dans divers trous (terrier de rongeurs, trou de taupe etc.) ou dans des cavités de bois morts. Les accouplements ont lieu en milieu terrestre ; la femelle met bas entre  janvier-février et mai jusqu’à une cinquantaine de petites larves qu’elle dépose dans l’eau en une seule ou plusieurs fois, après une période de gestation de plusieurs mois débutée en été.  Les jeunes sont autonomes à la naissance et acquièrent leur maturité sexuelle à l’âge de 3 à 6 ans. La longévité approche une vingtaine d’années. L’adulte s’alimente de toutes sortes d’invertébrés trouvés au sol (coléoptères, chenilles, vers de terre…) ; les larves, très voraces, sont opportunistes et consomment des invertébrés aquatiques pour l’essentiel, mais peuvent aussi être cannibales.

Écologie:

Cette espèce privilégie les forêts de feuillus ou mixte. On peut la rencontrer jusqu'à 2300 m d'altitude dans les Pyrénées et 1800 m ailleurs. Encore largement distribuée sur l'ensemble du territoire métropolitain, la Salamandre tachetée souffre de la  destruction de ses habitats aquatiques de reproduction et pâtit grandement de la circulation routière lors des migrations de reproduction.

D'après : Duguet, R. & Melki, F. 2003. Les amphibiens de France, Belgique et Luxembourg. Collection Parthénope. Biotope, Mèze, France. 480 pp.

Ribéron A. & Miaud C. 2012. Salamandra salamandra (Linnaeus, 1758) - La Salamandre tachetée In Lescure, J. & Massary de, J.-C. Atlas des Amphibiens et Reptiles de France. Biotope, Mèze & Muséum national d’Histoire naturelle, Paris. 272: 82-83.

J.C. de Massary (UMS 2006 Patrimoine Naturel (AFB / CNRS / MNHN)), 2015

Téléchargements et liens externes

Lien vers Google

Lien vers Google Scholar

Lien vers Google Images