Logos SINP

FR2100258 - Savart du camp militaire de Mourmelon

Site de la directive "Habitats, faune, flore"

Base de référence : juin 2018.

Mise à jour annuelle de la liste SIC - publication au JO UE : 12/12/17 (à partir de la base : septembre 2016)

Identification du site

Type : B (pSIC/SIC/ZSC)

Code du site : FR2100258

Compilation : 30/06/1995

Mise à jour : 31/10/2006

Appelation du site : Savart du camp militaire de Mourmelon

Dates de désignation / classement :

  • pSIC : première proposition : 30/04/2006
  • pSIC : dernière évolution : 30/04/2006
  • SIC : Première publication au JO UE : 13/11/2007
  • SIC : Dernière publication au JO UE : 13/11/2007
  • ZSC : premier arrêté : 02/03/2015
  • ZSC : Dernier arrêté : 02/03/2015
Localisation du site
Coordonnées du centre (WGS 84) :
  • Longitude : 4,40917 (E 4°24'33'')
  • Latitude : 49,16083 (N 49°09'38'')
Superficie : 408 ha.
Pourcentage de superficie marine : 0 %
Altitude :
  • Min : 123 m.
  • Max : 139 m.
  • Moyenne : 130 m.
Régions biogéographiques :
Continentale : 100%

REGION : CHAMPAGNE-ARDENNE
DEPARTEMENT : Marne (100%)
COMMUNES : Jonchery-sur-Suippe, Mourmelon-le-Grand, Saint-Hilaire-le-Grand.

Carte de localisation

Description du site

Caractère général du site

Classes d'habitats Couverture
Landes, Broussailles, Recrus, Maquis et Garrigues, Phrygana 55%
Forêts caducifoliées 25%
Pelouses sèches, Steppes 15%
Forêts de résineux 5%

Autres caractéristiques du site

Le camp militaire de Mourmelon est l’un des quatre grands camps militaires de la Champagne crayeuse, il constitue un vaste ensemble semi-naturel isolé au milieu des grandes cultures (céréales, luzerne et betteraves sucrières) de la Champagne crayeuse. Depuis la fin de la première guerre mondiale, la végétation y a évolué assez librement ; ce qui confère à cette zone son originalité.

Qualité et importance

La ZSC « Savart du camp militaire de Mourmelon » est situé en tout ou partie sur 3  communes du département de la Marne, en Champagne Crayeuse. Du point de vue géologique, la Champagne crayeuse date du crétacé supérieur. La craie, roche sédimentaire formée par l’accumulation des restes calcaires de micro-organismes planctoniques, est blanche, poreuse, tendre et friable. Cette friabilité de la roche a déterminé une topographie constituée de collines peu élevées séparées par des vallons occupés par des cours d’eau ou par des vallées sèches.
Le Savart du camp militaire de Mourmelon est un des derniers savarts de la région. Il se caractérise par des pelouses steppiques sèches sur sols très pauvres ponctuées d’arbustes et de buissons et dont l’existence à ce jour a été assurée par l’existence des camps militaires.
On peut distinguer 3 types de milieux au sein de la ZSC : 
-	Les pelouses sèches sur calcaire (les savarts) : ces pelouses rases semi-ouvertes hébergent des espèces végétales rares et/ou protégées comme le lin français, deux espèces d’orobanche et une vingtaine d’espèces d’orchidées représentant la quasi-totalité des espèces d’orchidées de pelouses présentes en Champagne crayeuse.
-	Les formations à Genévrier  sur landes ou pelouses calcaires : elles forment une communauté arbustive pionnière particulière issue de l’évolution des pelouses calcicoles
-	Les boisements issus de plantations ou de semis naturels : constitués de pins sylvestres et de pins noirs, ils constituent le premier stade forestier d’évolution des pelouses, avec les fruticées naturelles et possèdent une flore riche rassemblant diverses espèces des pelouses avec des espèces liées à la présence des pins ainsi que d’autres issues des forêts feuillues. En lisière de ces boisements, des ourlets d’un grand intérêt patrimonial hébergent de grandes populations d’orchidées notamment. Par endroits, la tempête de décembre 1999 a permis soit de rajeunir le milieu par un retour à la fruticée, soit au contraire d’accélérer le passage aux premiers faciès de la hêtraie calcicole, avec le retour de semis de hêtre et d’érables.

Vulnérabilité

Les habitats de la zone retenue au sein du camp militaire sont en très bon état de conservation, avec de très grandes potentialités biologiques. Il n’existe pas de projet de travaux importants pouvant porter atteinte à la qualité des milieux. Les activités militaires dédiées au secteur retenu nécessitent le maintien de zones entretenues ouvertes. Les modalités d’entretien futur des prairies et des pelouses seront à affiner avec l’autorité militaire. Les stations à Sisymbrium supinum sont liées aux remaniements récents des sols crayeux engendrés par l’entretien ou la création de pistes militaires. Tout terrassement sur de faibles surfaces permet de recréer des milieux pionniers favorables à cette espèce.