Logos SINP

FR2100311 - Camp militaire du bois d'Ajou

Site de la directive "Habitats, faune, flore"

Base de référence : décembre 2017.

Mise à jour annuelle de la liste SIC - publication au JO UE : 12/12/17 (à partir de la base : septembre 2016)

Identification du site

Type : B (pSIC/SIC/ZSC)

Code du site : FR2100311

Compilation : 30/06/1995

Mise à jour : 31/10/2006

Appelation du site : Camp militaire du bois d'Ajou

Dates de désignation / classement :

  • pSIC : première proposition : 30/04/2006
  • pSIC : dernière évolution : 30/04/2006
  • SIC : Première publication au JO UE : 13/11/2007
  • SIC : Dernière publication au JO UE : 13/11/2007
  • ZSC : premier arrêté : 26/12/2013
  • ZSC : Dernier arrêté : 26/12/2013
Texte de référence
Arrêté de création du 26 décembre 2013 portant décision du site Natura 2000 Camp militaire du bois d'Ajou (zone spéciale de conservation)

Localisation du site
Coordonnées du centre (WGS 84) :
  • Longitude : 4,57139 (E 4°34'17'')
  • Latitude : 48,41222 (N 48°24'43'')
Superficie : 267 ha.
Pourcentage de superficie marine : 0 %
Altitude :
  • Min : 118 m.
  • Max : 130 m.
  • Moyenne : 123 m.
Régions biogéographiques :
Continentale : 100%

REGION : CHAMPAGNE-ARDENNE
DEPARTEMENT : Aube (100%)
COMMUNES : Brienne-la-Vieille, Brienne-le-Château.

Carte de localisation

Description du site

Caractère général du site

Classes d'habitats Couverture
Forêts caducifoliées 84%
Prairies semi-naturelles humides, Prairies mésophiles améliorées 9%
Pelouses sèches, Steppes 5%
Marais (vegetation de ceinture), Bas-marais, Tourbières, 1%
Eaux douces intérieures (Eaux stagnantes, Eaux courantes) 1%

Autres caractéristiques du site

Le projet de ZSC de camp militaire du bois d’Ajou est constitué par un ensemble de bois, prairies, pelouses et marais installé sur les alluvions calcaires des terrasses de l'Aube, situé à l'est du village de Brienne-le-Château. 

Qualité et importance

Les types forestiers représentés sont l'aulnaie marécageuse, l'aulnaie-frênaie inondable (boisement typique de vallée alluviale) et la chênaie-charmaie calcicole mésophile. De nombreuses essences s'y rencontrent, notamment le frêne oxyphylle (arbre méridional très rare dans l'Aube) et l'orme lisse, inscrits sur la liste rouge des végétaux menacés de Champagne-Ardenne, le chêne pédonculé, l'aulne, le sycomore, le tilleul à feuilles cordées, etc. 
La forêt est entrecoupée de secteurs marécageux à végétation typique de grandes herbes et de carex (laîche des renards, laîche des marais, laiche des rives, laîche raide, laîche aiguë) avec notamment le polystic des marais.
Localement le marécage fait place à des bas-marais à flore extrêmement riche avec l'orchis des marais (seule station de l'Aube aujourd'hui connue), la parnassie des marais, le saule rampant, l'oenanthe de Lachenal, l'hydrocotyle, la gentiane pneumonanthe, le gaillet boréal, etc.
Les prairies naturelles et les pelouses renferment de nombreuses espèces peu courantes caractéristiques de ces milieux, notamment la violette élevée (dans les prairies de fauche), espèce d'origine continentale protégée au niveau national, très rare en France, en régression spectaculaire et très menacée dans la région, la renoncule à segments étroits (dans la moliniaie) protégée en Champagne-Ardenne, certaines orchidées (ophrys abeille, ophrys frelon, orchis moustique, orchis pyramidal, listère ovale, platanthère à deux feuilles, etc.). Une douzaine d'espèces végétales rares à très rares se rencontrent sur le site, huit bénéficient d'une protection nationale ou régionale et sept sont inscrites dans la liste rouge des végétaux de Champagne-Ardenne.

Les zones naturelles du camp militaire présentent un intérêt biologique exceptionnel puisqu'elles constituent l'un des derniers exemples présentant un complexe de différents milieux sur grèves calcaires. Il s'agit de la dernière zone naturelle aussi étendue et aussi bien conservée de la plaine de Brienne, aujourd'hui totalement dévolue à l'agriculture intensive ou aux carrières de matériaux alluvionnaires.

Vulnérabilité

Les habitats de la zone retenue au sein du camp militaire sont en très bon état de conservation. Il n’existe pas de projet de travaux importants pouvant porter atteinte à la qualité des milieux. Les modalités d’entretien futur des prairies et des pelouses seront à affiner avec l’autorité militaire. Le niveau de la nappe phréatique est à maintenir le plus élevé possible pour garantir la qualité des milieux humides du site.