Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

FR2200352 - Réseau de coteaux calcaires du Ponthieu oriental

Site de la directive "Habitats, faune, flore"

Base de référence : décembre 2019.

Mise à jour annuelle de la liste SIC - publication au JO UE : 28/11/19 (à partir de la base : octobre 2018)

Identification du site

Type : B (pSIC/SIC/ZSC)

Code du site : FR2200352

Compilation : 31/01/1996

Mise à jour : 19/08/2015

Appelation du site : Réseau de coteaux calcaires du Ponthieu oriental

Dates de désignation / classement :

  • pSIC : première proposition : 31/03/1999
  • pSIC : dernière évolution : 31/03/1999
  • SIC : Première publication au JO UE : 07/12/2004
  • SIC : Dernière publication au JO UE : 07/12/2004
  • ZSC : premier arrêté : 21/12/2010
  • ZSC : Dernier arrêté : 21/12/2010
Texte de référence
Arrêté de création du 21 décembre 2010 portant décision du site Natura 2000 Réseau de coteaux calcaires du Ponthieu oriental (zone spéciale de conservation)

Localisation du site
Coordonnées du centre (WGS 84) :
  • Longitude : 2,15944 (E 2�09'33'')
  • Latitude : 50,10417 (N 50�06'15'')
Superficie : 93 ha.
Pourcentage de superficie marine : 0 %
Altitude :
  • Min : 62 m.
  • Max : 158 m.
  • Moyenne : 0 m.
Régions biogéographiques :
Atlantique : 100%

REGION : PICARDIE
DEPARTEMENT : Somme (100%)
COMMUNES : Autheux, Bernaville, Boisbergues, Domesmont, Épécamps, Fienvillers, Lanches-Saint-Hilaire, Outrebois.

Carte de localisation

Description du site

Caractère général du site

Classes d'habitats Couverture
Forêts caducifoliées 65%
Pelouses sèches, Steppes 30%
Autres terres arables 5%

Autres caractéristiques du site

Réseau exemplaire de pelouses calcicoles originales et typiques : série marnicole du Parnassio palustris-Thymetum praecocis (pelouse endémique picardo-normande), série à affinités submontagnardes et médioeuropéennes de l'Avenulo pratensis-Festucetum lemanii, associées à des successions végétales remarquables s'inscrivant dans la directive : banquette cuniculigène à Hélianthème, ourlets marnicoles et submontagnards sur craie, lisières et pré-bois calcicoles, forêts de pente et de ravins (en particulier des exemples typiques de Mercuriali perennis-Aceretum campestris sous sylvofacies de hêtraie et de Lunario redivivae-Acerion pseudoplatani de type "Doullennais" riche en fougères).

Qualité et importance

Site éclaté de trois noyaux de vallées sèches du Ponthieu oriental. Proches géographiquement, ces vallées forment un ensemble d'habitats calcicoles (pelouses, prairies mésotrophes, ourlets, fourrés et forêts de pente) représentatif du modelé et du climat moyen de cet interfluve du plateau picard : vallées dissymétriques accentuées par l'érosion, hygrométrie accrue qui, combinées aux variations d'exposition, proposent un réseau exemplaire de pelouses calcicoles originales et typiques.
Les habitats pelousaires présentent une importante diversité floristique (notamment des populations importantes de Parnassia palustris). La mosaïque de pelouses d’ourlets et de fourrés thermophiles permettent le développement d’une faune typique dont la Vipère péliade (Vipera berus) et le Muscardin (Muscardinus avellanarius). En outre, le site présente encore l'un des rares exemples régionaux de pelouses calcicoles pâturées par les bovins. L'ensemble participe à un échantillonnage représentatif des potentialités coenotiques, floristiques et faunistiques semi-naturelles du plateau picard médian.

Vulnérabilité

L'état de conservation du réseau est convenable, compte tenu du degré général de dégradation des systèmes pelousaires des plaines nord-ouest européennes. Le Fossé du Halot est partiellement entamé par les activités d'extraction de la craie. Ailleurs, le réseau pelousaire se densifie et s'embroussaille suite aux abandons d'exploitation traditionnelle et à la chute des effectifs des populations de lapins. Quelques autres pratiques plutôt destructives (moto-cross) sont actuellement éteintes ou sporadiques. Une de ces vallées fait l'objet d'un programme de conservation.
Le réseau de cavées, inséré dans un cadre prairial protecteur, est dans un très bon état écologique, sauf en situation de tête de ravin où l'on observe encore des dépôts sauvages de matériaux.