Logos SINP

FR2600971 - Pelouses calcicoles de la Côte châlonnaise

Site de la directive "Habitats, faune, flore"

Base de référence : octobre 2018.

Mise à jour annuelle de la liste SIC - publication au JO UE : 12/12/17 (à partir de la base : septembre 2016)

Identification du site

Type : B (pSIC/SIC/ZSC)

Code du site : FR2600971

Compilation : 31/05/1995

Mise à jour : 30/06/2010

Appelation du site : Pelouses calcicoles de la Côte châlonnaise

Dates de désignation / classement :

  • pSIC : première proposition : 31/12/1998
  • pSIC : dernière évolution : 31/05/2011
  • SIC : Première publication au JO UE : 07/12/2004
  • SIC : Dernière publication au JO UE : 16/11/2012
  • ZSC : premier arrêté : 04/03/2015
  • ZSC : Dernier arrêté : 04/03/2015
Texte de référence
Arrêté de création du 04 mars 2015 portant décision du site Natura 2000 Pelouses calcicoles de la Côte châlonnaise (zone spéciale de conservation)

Localisation du site
Coordonnées du centre (WGS 84) :
  • Longitude : 4,65361 (E 4°39'12'')
  • Latitude : 46,68778 (N 46°41'16'')
Superficie : 910 ha.
Pourcentage de superficie marine : 0 %
Altitude :
  • Min : 251 m.
  • Max : 445 m.
  • Moyenne : 350 m.
Régions biogéographiques :
Continentale : 100%

REGION : BOURGOGNE
DEPARTEMENT : Saône-et-Loire (100%)
COMMUNES : Bouzeron, Burnand, Chagny, Chassey-le-Camp, Chenôves, Culles-les-Roches, Curtil-sous-Burnand, Fley, Givry, Montagny-lès-Buxy, Remigny, Rully, Saint-Denis-de-Vaux, Saint-Gengoux-le-National, Saint-Martin-sous-Montaigu, Saint-Vallerin, Saules.

Carte de localisation

Description du site

Caractère général du site

Classes d'habitats Couverture
Pelouses sèches, Steppes 43%
Landes, Broussailles, Recrus, Maquis et Garrigues, Phrygana 30%
Forêts caducifoliées 16%
Prairies semi-naturelles humides, Prairies mésophiles améliorées 7%
Forêts de résineux 3%
Rochers intérieurs, Eboulis rocheux, Dunes intérieures, Neige ou glace permanente 1%

Autres caractéristiques du site

La côte chalonnaise est un relief calcaire formant la bordure occidentale du fossé bressan. Les substrats sont diversifiés : calcaires à entroques et polypiers, oolitiques, lithographiques, calcaires marneux, marno-calcaires, marnes. Les failles sont abondantes et le socle granitique cotoie en certains points les terrains jurassiques. 
Le relief de cuesta est marqué par des falaise et des éboulis cryoclastiques. 
Le climat atlantique subit des influences mériodinales et continentales. 

Qualité et importance

Ce site présente une mosaïque remarquable de pelouses et landes des sols calcaires secs ponctuées de fourrés et formations arbustives, occupant les plateaux et hauts de pentes. Les conditions de sols et d'exposition chaude sont favorables au maintien de plantes méditerranéo-montagnardes rares et protégées en Bourgogne en situation éloignée de leur station d'origine (Inule des montagnes, Coronille arbrisseau, Micrope droit). Elles abritent une faune riche et originale : nombreux reptiles (Lézard vert,…), oiseaux (Alouette lulu, Bruant ortolan, Oedicnème criard,…) et insectes (Damier de la Succise,…) d'intérêt communautaire. 
Les pelouses et leur faciès d'embuissonnement recouvrent près de 60% du site. Selon qu'elles sont pâturées, fauchées ou abandonnées, leur composition spécifique est très diverse et leur état de conservation très hétérogène. Leur maintien est nécessaire dans le réseau des pelouses au plan national en raison de leur position favorisant les échanges entre le Nord-Est et le Sud de la France.

Des prairies se sont développées sur les sols plus profonds. Des landes à Genévriers et à Buis sont également présentes, ainsi que quelques falaises de faible hauteur et éboulis grossiers essentiellement d'origine anthropique (déblais, anciennes carrières, etc.).

La forêt est peu représentée : la chênaie pubescente, souvent hybridée, reste la formation forestière principale sur les rebords de plateaux alors que la hêtraie est développée sur quelques versants. Néanmoins, elle ne présente pas d'état mature sur la Côte Chalonnaise et est largement remplacée par un sylvofaciès de la chênaie-charmaie.

Le site est un ensemble de 11 unités géographiques distinctes et s'étend sur 19 communes de Chagny au nord à Curtil-sous-Burnand au sud. 8 unités ont été consultées en 1997, dont les périmètres ont évolué suite à la rédaction du document d'objectifs en 2005 et 2006 :

-  La Montagne de la Folie (communes de Rully, Chagny et Bouzeron)
-  Les pelouses de Chassey-le-Camp (entité inchangée non consultée)
-  La Montagne de l'Ermitage (communes de Bouzeron et Remigny) 
-  Le Châtelet (communes de Mercurey et Saint-Martin-sous-Montaigu)
-  Les pelouses de la Vierge (commune de Givry)
-  Les Chaumes (communes de Givry et Saint-Denis de Vaux)
-  Les pelouses de Montagny-les-Buxy (communes de Montagny-les-Buxy, Fley,
   Chenôves et Saint-Vallerin)
-  Mont Péjus (communes de Saint-Gengoux-le-National, Burnand, 
   Curtil-sous-Burnand et Savigny-sur-Grosne)

3 nouvelles entités ont également été consultées suite à la rédaction du document d'objectifs :
- La Roche (communes de Chenôves, Fley, Saules et Culles-les-Roches)
- Abords du bourg de Saules (proche du cimetière)
- Mont Saint-Roch (communes de Saint-Gengoux-le-National et Burnand)

Les réductions de périmètre ont concerné des parcelles classées en AOC viticoles, occupées par des formations végétales artificialisées (vignes) ou non inscrites comme habitat au titre de la directive européenne " Habitats, Faune, Flore " (fruticées mésophiles, prairies pâturées).
Elles ont également porté en majeure partie sur des parcelles non comprises en AOC : cultures, plantations de résineux et secteurs non inscrits comme habitat au titre de la directive (friches post-culturales, chênaie-charmaie), ainsi que des pelouses de transition vers des prairies dans un état de conservation non satisfaisant.

Les extensions comprennent essentiellement des ensembles de pelouses sèches ou mésophiles dans un bon état de conservation, des fourrés de buis et des fruticées mésophiles.

Vulnérabilité

Les pelouses sont des milieux instables évoluant vers le fourré ou la forêt à l'échelle de 30-40 ans. Sur le site, le maintien du pâturage a permis leur conservation mais certaines sont désormais embuissonnées à plus de 50% par les épines et le buis.
L'abandon du pâturage permet une reprise des ligneux. Certaines pelouses ont également été plantées en résineux, entraînant une dissémination des pins vers les parcelles mitoyennes.
Le développement des activités de loisirs engendre localement des dégradations (circulation d'engins motorisés hors voies autorisées, déchets, feux, escalade).