FR2600974 - Pelouses, forêts et habitats à chauve-souris du sud de la vallée de l'Yonne et de ses affluents

Site de la directive "Habitats, faune, flore"

Base de référence : juin 2020.

Mise à jour annuelle de la liste SIC - publication au JO UE : 28/11/19 (à partir de la base : octobre 2018)

Identification du site

Type : B (pSIC/SIC/ZSC)

Code du site : FR2600974

Compilation : 31/05/1995

Mise à jour : 17/02/2014

Appelation du site : Pelouses, forêts et habitats à chauve-souris du sud de la vallée de l'Yonne et de ses affluents

Dates de désignation / classement :

  • pSIC : première proposition : 30/04/2002
  • pSIC : dernière évolution : 27/07/2020
  • SIC : Première publication au JO UE : 07/12/2004
  • SIC : Dernière publication au JO UE : 07/12/2004
  • ZSC : premier arrêté : 26/04/2010
  • ZSC : Dernier arrêté : 26/04/2010
Localisation du site
Coordonnées du centre (WGS 84) :
  • Longitude : 3,76528 (E 3�45'55'')
  • Latitude : 47,58722 (N 47�35'13'')
Superficie : 4 070 ha.
Pourcentage de superficie marine : 0 %
Altitude :
  • Min : 110 m.
  • Max : 334 m.
  • Moyenne : 220 m.
Régions biogéographiques :
Continentale : 100%

REGION : BOURGOGNE
DEPARTEMENT : Yonne (100%)
COMMUNES : Angely, Annay-la-Côte, Arcy-sur-Cure, Brosses, Deux Rivières, Dissangis, Fontenay-près-Vézelay, Girolles, Givry, Irancy, Isle-sur-Serein, Lucy-le-Bois, Mailly-la-Ville, Mailly-le-Château, Marsangy, Merry-sur-Yonne, Précy-le-Sec, Saint-Moré, Sery, Voutenay-sur-Cure.

Carte de localisation

Description du site

Caractère général du site

Classes d'habitats Couverture
Forêts caducifoliées 76%
Prairies ameliorées 7%
Pelouses sèches, Steppes 5%
Landes, Broussailles, Recrus, Maquis et Garrigues, Phrygana 4%
Forêts de résineux 3%
Autres terres (incluant les Zones urbanisées et industrielles, Routes, Décharges, Mines) 2%
Autres terres arables 2%
Rochers intérieurs, Eboulis rocheux, Dunes intérieures, Neige ou glace permanente 1%

Autres caractéristiques du site

Le site s’inscrit dans l’une des auréoles sédimentaires du bassin parisien : les plateaux de Bourgogne. Le substrat géologique se compose essentiellement de roches calcaires datant du jurassique supérieur. Elles sont à l’origine d’un sol argilo-calcaire caillouteux et drainant, ici peu profond et difficile à cultiver, et donc
partiellement boisé.
Le plateau est entaillé par quelques vallons. Au niveau des coteaux, la roche mère affleure, alors qu’au niveau des fonds de vallon, l’accumulation de particules terreuses fines lessivées sur les pentes forme un sol plus profond.
On note la présence de carrières anciennes.

Qualité et importance

Ce site comprend un ensemble remarquable de pelouses des sols calcaires secs, plus ou moins fermées occupant les plateaux et hauts de pentes. Les conditions de sols et d'exposition chaude sont favorables au maintien de plantes méditerranéo-montagnardes en situation éloignée de leur station d'origine (Cheveux d'ange, Liseron cantabrique, Armoise blanche, espèces protégées en Bourgogne). Elles sont riches en orchidées diverses dont certaines rares régionalement.

Parmi les milieux forestiers, on recense des frênaies-érablaies de ravin, habitats menacés bien adaptés aux sols caillouteux de pente et aux conditions sévères qu'ils génèrent.

Les carrières souterraines de Mailly-la-Ville sont des carrières artificielles issues de l’abandon de l’exploitation de calcaire, qui ont pour principale fonction l’hibernation du Grand Murin. Les cavités naturelles peuvent aussi avoir un intérêt pour les Chiroptères.
Les falaises sont occupées par le Faucon pèlerin.

Les prairies bocagères présentes sur le site (présentes notamment sur l’entité de l’Isle-sur-Serein) sont un habitat d’espèces car elles hébergent de nombreux oiseaux invertébrés et chauves-souris. Le pâturage extensif permet l’expression d’une diversité floristique de ce milieu bocager. Les prairies servent de réservoirs d’alimentation aux chauves-souris, qui y trouvent de nombreux insectes, notamment des coléoptères. Les haies sont de véritables routes de vols, ces corridors leur permettent de relier les lieux de nourrissage à leur gite. Un espacement de plus de 10 m entre deux haies ou deux arbres constitue une barrière au déplacement du Petit rhinolophe.
L’entité de l’Isle sur Serein comprend une colonie de mise bas de Grand Murin et sert de zones de chasse pour d’autres espèces de la directive habitat (Petit Rhinolophe, Barbastelle,…). 

Une partie du site est concernée par le projet du site classé du Vézelien.

Vulnérabilité

Les pelouses sont des milieux instables qui évoluent naturellement vers le boisement. L'abandon ancien du pâturage pose un problème pour leur conservation. Quelques pelouses sont actuellement embuissonnées à plus de 50% par les prunelliers. 
Elles sont de plus l'objet d'un développement des activités de loisirs comme la randonnée ou l'escalade qui entraînent un piétinement sur le bord des corniches et le haut des falaises auxquels s'ajoutent la pratique de sports motorisés. A signaler par ailleurs que la fréquentation perturbe la quiétude indispensable à la nidification du Faucon pèlerin, question faisant l'objet d'une concertation avec les escaladeurs.
La disparition de vieilles forêts calcicoles au profit de peuplements de résineux constitue également un facteur de vulnérabilité.  

Les chauves-souris sont très sensibles au dérangement pendant la période de mise bas ou d'hibernation. Un aménagement ou des dérangements répétés liés à une surfréquentation humaine des lieux de vie (travaux, aménagement touristique, spéléologie, reprise d'exploitation de carrières) peuvent entraîner la mortalité de chauves-souris ou leur déplacement vers d'autres sites plus paisibles. La disparition des gîtes ou leur modification est une des causes du déclin des chauves-souris (travaux condamnant l'accès par les chauves-souris comme la pose de grillage dans les clochers d'églises, fermeture de mines ou carrières souterraines, rénovation de ponts et d'ouvrages d'art, coupe d'arbres creux, modification des accès ou de la couverture végétale des cavités). Le retournement de prairies, la coupe de haies ou des ripisylves entraînent une modification de leur zone de nourrissage et de leur aire de déplacement.