Logos SINP

FR2600994 - Complexe des étangs du Bazois

Site de la directive "Habitats, faune, flore"

Base de référence : juin 2018.

Mise à jour annuelle de la liste SIC - publication au JO UE : 12/12/17 (à partir de la base : septembre 2016)

Identification du site

Type : B (pSIC/SIC/ZSC)

Code du site : FR2600994

Compilation : 31/05/1995

Mise à jour : 18/02/2014

Appelation du site : Complexe des étangs du Bazois

Dates de désignation / classement :

  • pSIC : première proposition : 31/12/1998
  • pSIC : dernière évolution : 30/03/2007
  • SIC : Première publication au JO UE : 07/12/2004
  • SIC : Dernière publication au JO UE : 12/12/2008
  • ZSC : premier arrêté : 10/04/2015
  • ZSC : Dernier arrêté : 10/04/2015
Texte de référence
Arrêté de création du 10 avril 2015 portant décision du site Natura 2000 Complexe des étangs du Bazois (zone spéciale de conservation)

Localisation du site
Coordonnées du centre (WGS 84) :
  • Longitude : 3,60944 (E 3°36'33'')
  • Latitude : 47,18139 (N 47°10'53'')
Superficie : 397 ha.
Pourcentage de superficie marine : 0 %
Altitude :
  • Min : 265 m.
  • Max : 285 m.
  • Moyenne : 275 m.
Régions biogéographiques :
Continentale : 100%

REGION : BOURGOGNE
DEPARTEMENT : Nièvre (100%)
COMMUNES : Bazolles, Collancelle, Vitry-Laché.

Carte de localisation

Description du site

Caractère général du site

Classes d'habitats Couverture
Eaux douces intérieures (Eaux stagnantes, Eaux courantes) 73%
Marais (vegetation de ceinture), Bas-marais, Tourbières, 19%
Forêts caducifoliées 5%
Prairies semi-naturelles humides, Prairies mésophiles améliorées 3%

Autres caractéristiques du site

Les fluctuations du plan d'eau liées au rôle de réservoir du plus grand des étangs sont favorables au maintien de la biodiversité.

Qualité et importance

Ce site présente des groupements végétaux variés, organisés en ceintures de végétation autour des plans d'eau. En effet, les variations du niveau d'eau liées au rôle de réservoir des étangs permettent l'expression de différents habitats naturels en fonction de la proximité de l'eau : végétation aquatique, végétation de berges exondées, roselière, saulaie, forêt, ...

La variété de ces habitats naturels, l'importance des milieux humides et les variations du niveau d'eau expliquent la présence d'habitats et d'espèces adaptés et souvent rares. Ainsi le site comporte plusieurs habitats naturels d'intérêt communautaire. Il accueille aussi des espèces d'intérêt communautaire (Crapaud sonneur à ventre jaune et Triton crêté), des espèces bénéficiant d'une protection nationale (Fluteau à feuilles de graminées) et des espèces protégées au niveau régional (Musaraigne aquatique, Elatine à six étamines, Hottonie des marais). Ce complexe d'étangs est aussi une zone favorable à l'ensemble des espèces affectionnant les milieux humides comme les amphibiens et reptiles (Grenouille agile, Couleuvre vipérine, ...).

Les tunnels ou voûtes de la Collancelle accueillent 11 espèces de chauves-souris en hivernage dont six d'intérêt communautaire. Ils abritent notamment 20 % de la population de Barbastelle d'Europe connue en hiver en Bourgogne, ce qui en fait un site d'intérêt régional majeur pour cette espèce. Les capacités d'accueil en saison estivale paraissent aussi très favorables aux chiroptères.

Enfin, c'est une zone privilégiée pour l'avifaune et plus particulièrement les oiseaux d'eau. En effet, de nombreuses espèces nichent dans les roselières (Bruant des roseaux, Rousserolle turdoïde, Phragmyte des joncs, Rousserolle effarvatte, ...). Les vasières et prairies humides accueillent des limicoles comme la bécassine sourde. Le site est aussi une halte migratoire importante et un lieu d'hivernage pour de nombreuses espèces migratrices (Harle bièvre, Garrot à oeil d'or, Grande aigrette, ...).

Vulnérabilité

Les ceintures végétales évoluent spontanément vers le boisement et sont remplacées par une saulaie arbustive marécageuse en l'absence d'entretien. Ceci conduit à une uniformisation du milieu préjudiciable aux habitats naturels d'intérêts communautaires et à de nombreuses espèces.

L'utilisation des étangs pour les loisirs (sports nautiques, pêche, sentier découverte, ...) doit être raisonnée en fonction des sensibilités du milieu et des espèces. Le développement des aménagements dans les zones les plus fragiles (queues d'étangs) doit être évité pour ne pas détruire les habitats naturels. Une attention particulière doit aussi être apportée à l'accès des gîtes et à la quiétude des chauves-souris, ainsi qu'au dérangement de l'avifaune.