Logos SINP

FR2600996 - Marais alcalin et prairies humides de Baon

Site de la directive "Habitats, faune, flore"

Base de référence : juin 2018.

Mise à jour annuelle de la liste SIC - publication au JO UE : 12/12/17 (à partir de la base : septembre 2016)

Identification du site

Type : B (pSIC/SIC/ZSC)

Code du site : FR2600996

Compilation : 31/05/1995

Mise à jour : 09/07/2013

Appelation du site : Marais alcalin et prairies humides de Baon

Dates de désignation / classement :

  • pSIC : première proposition : 31/12/1998
  • pSIC : dernière évolution : 30/09/2014
  • SIC : Première publication au JO UE : 07/12/2004
  • SIC : Dernière publication au JO UE : 26/11/2015
  • ZSC : premier arrêté : 10/02/2016
  • ZSC : Dernier arrêté : 10/02/2016
Localisation du site
Coordonnées du centre (WGS 84) :
  • Longitude : 4,11167 (E 4°06'42'')
  • Latitude : 47,85750 (N 47°51'27'')
Superficie : 21 ha.
Pourcentage de superficie marine : 0 %
Altitude :
  • Min : 160 m.
  • Max : 165 m.
  • Moyenne : 163 m.
Régions biogéographiques :
Continentale : 100%

REGION : BOURGOGNE
DEPARTEMENT : Yonne (100%)
COMMUNES : Baon, Tanlay.

Carte de localisation

Description du site

Caractère général du site

Classes d'habitats Couverture
Forêts caducifoliées 50%
Prairies et broussailles (en général) 35%
Marais (vegetation de ceinture), Bas-marais, Tourbières, 14%
Eaux douces intérieures (Eaux stagnantes, Eaux courantes) 1%

Autres caractéristiques du site

Le marais est inscrit dans un vallon creusé dans un bassin versant essentiellement forestier. Il s'agit d'un complexe de marais alluviaux lié aux alluvions du rû de Baon et à l'influence de sa nappe souterraine.

Qualité et importance

L'intérêt principal du site réside dans un type de bas-marais à Molinie qui constitue un des rares représentants des bas-marais alcalins dans cette région des plateaux jurassiques du Nord-Est de la France. De plus, c'est la seule localité bourguignonne pour la rare orchidée Dactylorhiza praetermissa (non revue en 2008).

Vulnérabilité

Il s'observe actuellement un embuissonnement progressif de la partie amont du site consécutif à l'abandon de l'entretien par fauche ou pâturage, qui conduit à la disparition des biotopes prairiaux rares.

Certains essais de valorisation par le Peuplier ont été tentés et représentent encore des menaces. Les techniques de préparation et d'entretien des parcelles occasionnent une modification très importante des habitats naturels.

La qualité des zones humides peut être affectée par les apports d'eau en provenance des sources et du ruissellement. Le bassin versant de plus en plus cultivé représente une menace pour ces milieux. Tout projet de création d'étang condamnerait radicalement ces milieux.